NOSTALGIA, le Blog qui fait oublier les tracas !

NOSTALGIA, le Blog qui fait oublier les tracas !

La Boutique en ligne Nostalgia

Vous êtes déprimé ? Vous manquez de tonus ? Vous tirez la gueule ?

Aller au boulot vous fatigue ? Votre femme (ou votre mari) vous stresse ?

Une capsule de 1000 mg de Nostalgium tous les jours et tout va déjà beaucoup mieux !

NOSTALGIUM, déclaré d'intérêt public devrait être remboursé par la sécurité sociale ! 

Cliquez sur la boîte pour plus de détails !

 

nostalgium.jpg

  

la-vente-des-medicaments-a-l-unite.jpg

 111.jpg

Suite au succès du Nostalgium et afin de renflouer une trésorerie permettant à ses collaborateurs, jusque-là bénévoles, de se remplir les poches à l’instar de certains politiciens qui font beaucoup moins rire et nous coûtent bien plus cher, Nostalgia a décidé de commercialiser une gamme de produits dérivés dont voici le premier exemplaire :

 

Le Pendentif « Le rouleau »

 

Ce premier article annonce l’arrivée d’une gamme d’objets utilitaires, décoratifs ou simplement originaux que nous commercialiserons à des prix défiant toute concurrence à travers notre réseau domicilié au Panama.

Chacun de ces articles est une pièce unique numérotée entièrement fabriquée dans nos ateliers français de Shanghai par de jeunes professionnels mondialement reconnus.

Ces produits de haute technologie sont toujours livrés avec un certificat d’authenticité entièrement rédigé en Mandarin standard (Putongha / Guoyu).  

 

Vous pourrez consulter la notice descriptive de chacun de ces merveilleux objets en cliquant sur la photo correspondante.

En cas de commandes groupées d’un minimum de 18780 €, un très beau cadeau entièrement gratuit sera joint au colis.

Une partie des bénéfices ainsi réalisés sera par ailleurs reversée à la fondation « Thyristor » ainsi qu’à l’association d’aide et de partage « Un peu de blé pour Clémau ».

 

Merci à toutes et à tous et n’oubliez surtout pas de prendre votre dose quotidienne de Nostalgium !

 

Cliquez sur le pendentif pour plus de détails !

 

pend3.jpg

 https://static.blog4ever.com/2016/02/814449/artfichier_814449_7967631_201811244441318.jpg

  

MANIFESTEZ ENFIN INCOGNITO !

Après avoir lu le billet d’humeur du mois de novembre, vous aimeriez également participer aux manifestations style Gilets Jaunes et pouvoir vous approcher du Palais de l’Elysée sans être repéré par la police, votre patron, votre voisin(e) ou votre époux/se ?

NOUS AVONS LA SOLUTION !

Équipez-vous du Slip-Boxer à rayures phosphorescentes le NOSTALSLIP.

(Cliquez sur l’image pour lire le descriptif)

 

slip.jpg

 

 

https://static.blog4ever.com/2016/02/814449/artfichier_814449_7967631_201811244441318.jpg

 

Vous en rêviez ? Nostalgia l’a fait !

 

- Vous devez vous présenter devant un tribunal et vous aimeriez le faire en symbiose totale avec votre avocat ?

- Vous en avez marre de déambuler tout seul et aimeriez être accompagné par votre ami(e), votre conjoint(e) ou votre personnel de maison ?

- Votre conjoint est de nature jalouse et ne veut pas vous laisser partir tout seul ?

- Vous avez peur d'oublier où vous allez ou de vous perdre ?

 

La boutique Nostalgia vous propose en exclusivité mondiale le :

 

B I - A M B U L A T E U R (*)

 

deamb.jpeg

Cet engin révolutionnaire de toute beauté, entièrement réalisé à partir d'éléments recyclés et recyclable est pourvu des derniers perfectionnements techniques :

 

Wifi - Bluetooth - USB 4.0 – EBS – Correction de trajectoire 

Compensateur de poussée latérale – Pneus 4 saisons – Roulements à aiguilles  Correction continue du parallélisme par asservissement digital 

Micro-processeur développé par la NASA – GPS spécial sourds et malentendants  Clim et filtre anti-Pollen- Panier multifonctions en Gloutex chromé

Freins Blue-Ray (Plus performants que les anciens freins à disque)

Equipé avec 5 roues (mode dynamique) et 5 bouchons (mode statique)

"Michelin Crossclimate 4 saisons" sans supplément de prix.

Poignées ergonomiques - 8 coloris tendance au choix

 

Cette merveille de la technologie est proposée en précommande au prix incroyablement compétitif de seulement :

 

26847 Euros

Ce prix comprend :

- Le Bi-ambulateur complet en Kit

(temps de montage à 2 : environ 13 jours ouvrables)

- La notice en hongrois, moldave, sanskrit, braille et schénégga Platt

- 1 roue (galette) de secours

- 1 pompe à vélo grand luxe en Plastok 

- 2 heures de formation à Vladivostok (voyage non compris)

- 1 abonnement gratuit au magazine « Ma boutique Nostalgia et moi »

 

Cadeau aux 63 premiers acheteurs :

Le livre et l’autocollant « Bi-ambulateur un jour, Bi-ambulateur toujours ! »

 

(*) Marque, modèle et concept déposés par Nostalgia Corp. Ltd.

 https://static.blog4ever.com/2016/02/814449/artfichier_814449_7967631_201811244441318.jpg

 

D'autres produits dérivés exclusifs Nostalgia seront bientôt disponibles sur cette page...  

https://static.blog4ever.com/2016/02/814449/artfichier_814449_7967631_201811244441318.jpg

 

  Tous les programmes TV en un coup d'œil :

  

 

La blague du jour offerte par Nostalgia, le Blog qui fait oublier les tracas !

 

  

 

Lire les billets d'humour :

Billet Février 2018 (Changements de Présidents)

Billet Mars 2018 (Le catalogue russe)

et Avril 2018 (La grève à la SNCF)

Billet Mai 2018 (N. D. des Landes - Le prix Eurovision)

Billet Juin 2018 (La coupe du monde)

Billet Juillet-Août 2018 (La canicule)

Billet Septembre 2018 (Macronix le gaulois)

Billet Octobre 2018 (Nouveau Gouvernement)

Bllet Novembre 2018 (Gilets jaunes etc...)

Billet Décembre 2018 (Cadeaux de Noël)

Billet Janvier 2019 (La cagnotte)

Billet Février 2019 (La tempête de neige)

Billet Mars 2019 (La vie en jaune)

Billet Mai 2019 (Européennes & Glyphosate)

Billet Juin 2019 (La Canicule 2)

Billet Juillet-Août 2019 (Le système de santé)

Billet Septembre 2019 (Le système de santé 2)

Billet Octobre 2019 (L'affaire B.)

Billet Novembre 2019 (Le marché de Noël)

Billet Décembre 2019 (Le procès W.)

Billet Janvier 2020 (Le Coronavirus)

Billet Février 2020 (Le Buzz)

Billet Mars 2020 (Le confinement) 

 

Ces pages devraient également vous intéresser :

Clément Keller : récits & souvenirs

La future place du souvenir des anciens de la Ferme

Clément Keller : le CD Anthologie

BD des années 50-60

La Mine

Nos ami(e)s racontent

Je vous parle d’un temps

Nos années 60

Parlez-nous de vous

Programme TV & Humour

Tous les diaporamas Nostalgia

 

Schoeneck beau coin : autres récits

Introduction

5 Fruits & légumes

Alléluia ! Il marche et il parle...

Je vais ’recevoir’ une petite sœur

A la découverte du monde

Opa Adolphe - Mon premier vélo

Être ou ne pas être...

 Premier jour de classes 

 

Autres pages locales

Petite histoire de la Lorraine

Expressions en Platt

Recettes de cuisine en Platt

Récits & ouvrages en Platt

Proverbes, dictons & chansons en Platt

 

Votez pour le Blog Nostalgia

Merci

06/03/2020
350 Poster un commentaire

Denis Abel : Hôpitaux, la démystification des "on dit"

On raconte tout et rien sur l’hospitalisation. Je vous propose mon séjour d’une semaine d’hospitalisation dans le but démystifier les "on-dit".

Récemment, suite à l’incohérence de mes propos, (mini AVC, en terme médical cela s’appelle confusion), ma femme a fait appel aux urgences.

J’entends « hospitalisation » je dis :

« Non, je ne veux pas aller à l’hosto (peur du Corona)

Au bout d’un petit 1/4 d’heure, je retrouve mon état normal.

Finalement, m’y voilà, à défaut, je me fais observateur :

De suite, aux urgences, prise de sang, questions etc., mais pas de test nasal.

Je me doute qu’il y a d’autres moyens de tester.

En fait OUI : Tout le personnel est masqué et on nous met un masque de suite.

Pendant que nous sommes dans le couloir d’attente, arrive une personne sur civière. Après les tests, elle est immédiatement isolée. Sur la porte de la chambre est écrit "COVID". L’infirmier dit « surtout ne sortez pas » et insiste d’une voix forte puis s’adressant à nous « INTERDICTION de rentrer ».

Cela c’est passé rapidement.

De mon côté, en route vers la chambre, des affiches "Covid" un peu partout et accès au savon protecteur. Idem dans ma chambre.

Quand ma fille de Paris s’est inquiété d'éventuelles séquelles, je lui ai dit «aucune, je me sens comme un  Pacha dans son harem»Pensez donc, rien que des jolies infirmières !

Au bout d’une semaine retour chez moi.

À NOTER :

Le masque et les gants sont portés en permanence par le personnel soignant.

Il y aura toujours des gens qui critiquent pour critiquer et qui ne voient que le bout de leur nez, pour eux, les autres ce n’est pas leur problème.

Cela s’appelle "l’individualisme", un des fléaux de nos sociétés modernes.

On sait aussi que beaucoup "croient" ce qu’ils ont envie de croire. Hélas!

Voilà pour ce qui est de mon séjour, j’espère vous avoir été utile en démystifiant l’hosto.

Je vous invite à porter pendant 8 heures un masque tout en travaillant, vous comprendrez mieux les contraintes subites par les soignants. Les applaudissements sont mérités selon moi et il en est de même pour le service d’ordre. Eux, ils sont entre le marteau et l’enclume.

Conclusion : ayez confiance, je suis persuadé qu’il en est ainsi dans tous les hôpitaux.

HUMOUR : en sortant de l’IRM, je leurs ai proposé Beethoven,

Ta ta ta taaaaa ou un Juke-Box. 

 

Et maintenant, un petit "Complément santé" qui devrait vous permettre de retrouver la forme sans dépenser un centime : 

 

L’arnaque : perdre du poids.

Ao diable les pubs « Comme j’aime » et autres trucs payants.

En tant qu’ancien sportif, je vous propose GRATUITEMENT, sans appareil, sans régime, sans sport (quoiqu'une petite activité physique de décroûtage ne fait pas de mal) de perdre du poids.

Tout d’abord, une petite histoire : nous étions trois fous de footing. Nous parlions Basket étudiions le meilleur « amorti » et un jour nous sommes tombés (ça fait pas mal) sur le livre d’un kinésithérapeute marathonien.

Nous l’avons littéralement avalé. Rassurez-vous vous n’atteindrez pas cette folie, à moins que vous soyez fou de footing.

Voici la MÉTHODE du Kiné, baptisons la « Méthode 1-3-2 »

1 : INSPIREZ à fond comme si vous vouliez mettre de l’air dans le ventre, laissez champ libre à votre diaphragme. Comptez le temps qu’il vous à fallu.

2 : GARDEZ la respiration 3 fois le temps compté.

3 : EXPIREZ 2 fois le temps en rentrant au maximum votre ventre.

Voilà c’est tout et c’est gratuit. Si vous avez la patience de lire, continuez.

 

abelrespiration.jpg



Quelques EXIGENCES (toujours aussi gratuites) :

La régularité dans le temps (Il faut laisser le temps au temps).

Minimum 3 X par jour, cela fait environ 21 secondes.

Ces exercices peuvent se pratiquer partout, (debout, assis couché, tête en bas), à un arrêt de bus ou autre (métro, avion, sous-marin), même pendant la messe avec la bénédiction du tout-puissant, mais le résultat ne sera pas meilleur.

Pour ce qui est du scaphandre, je ne sais pas, à 77 ans je n’ai pas encore essayé !

Mais j'EXIGE de la persévérance

Souvent, dans les jours qui suivent le Nouvel-An, nous prenons de bonnes résolutions. Certains d'entre-nous persistent mais beaucoup abandonnent en invoquant des prétextes divers (pas le temps, trop contraignant etc...). 

SVP, n’attendez pas Nouvel-An, c’est de suite qu'il faut réagir.

Avantages de cette méthode :

Augmentation de la capacité respiratoire (au début ce ne sera pas évident, le diaphragme est un muscle, faites le travailler).

Vous ne deviendrez pas narcissique (tout en muscle), vous visez un ventre plat tout simplement.

Ne passez pas votre temps devant le miroir. À la rigueur mesurez votre tour de taille de mois en mois.

Perte de poids ? Je ne sais pas, perte de volume ? Oui

Remboursé si pas satisfait : SUIS-JE UN ESCROC ?

Si cela vous interpelle, partagez et tenez-,moi informé par l'intermédiaire de Clément et n’en faites pas un commerce !

Si vous êtes débordés, l’Avé K pas fer...!

Pour finir, un petit mot à propos des dépendances :

Pour au aider un ami sombré dans la MALADIE ALCOOL, nous avons formé un groupe. J’ai été fasciné par les témoignages émouvants de ceux qui s‘en sont sorti.

Au bout de quelques mois je suis devenu secrétaire, au point de passer une journée à Nancy lors d’une conférence sur les dépendances.

J’aimerai partager cette expérience à travers Nostalgia. Si oui, mon pôv Clément te voilà également secrétaire. T’avais K pas Co-men- C.

Voilà, vous venez de gagner ou perdre 3 minutes, à vous de voir.

Au diable les "Yoyos" et salut les amis de Schoeneck Denis ABEL. 

 

Autres récits de Denis Abel : 

Souvenirs scolaires 

Souvenirs d’enfance (1) 

 

Ces pages devraient également vous intéresser : 

Clément Keller : récits & souvenirs 

Clément Keller : le CD Anthologie 

Ecole primaire 1954 

BD des années 50-60 

La Mine 

Nos ami(e)s racontent 

Je vous parle d’un temps 

Nos années 60 

Parlez-nous de vous 

Programme TV & Humour 

Tous les diaporamas Nostalgia 

 

Schoeneck beau coin : autres récits 

Introduction 

5 Fruits & légumes 

Alléluia ! Il marche et il parle... 

Je vais ’recevoir’ une petite sœur 

A la découverte du monde 

Opa Adolphe - Mon premier vélo 

Être ou ne pas être... 

 Premier jour de classes

Sous le signe du poisson 

 

Autres pages locales 

Petite histoire de la Lorraine 

Expressions en Platt 

Recettes de cuisine en Platt 

Récits & ouvrages en Platt 

Proverbes, dictons & chansons en Platt 

 

Votez pour le Blog Nostalgia

Merci

14/08/2020
12 Poster un commentaire

Abel Denis : Souvenirs d'enfance (1)

Mlle Marie L. de l’école des filles, le chapelet, Moïse et le 11ème commandement

J’ai lu récemment les récits de Nadine Chaboussie et Chantal F. concernant Mlle L. Institutrice (directrice ?) de l’école des filles.

Oui, la description est claire est mesurée, ce que j’ignorais c’est sa générosité en dehors des cours. (Deux personnalités en une). Ce qui me peine, c’est sa solitude en fin de vie.

Merci à vous, je comprends mieux Mlle L.

Ci-dessous, une histoire qui commence mal et... finit bien comme dans les contes.

IL ÉTAIT UNE FOIS Mlle L. et moi (~10 ans).

C’était le mois du rosaire (octobre ou mai).

Le soir à l’église, nous allions réciter le chapelet. Mlle L. aussi.

M. Schmidt notre Instituteur de même mais, il me semble plus par tradition que par conviction.

Un vendredi soir, ma mère me dit :

- Vite va m’acheter mon Nous Deux (revue du style ‘je t’aime, moi non plus, je te re-aime etc....’)

- Mais, maman, c’est l’heure d’aller à l’église »

- Tu as le temps, dépêche-toi »

Je fonce au bas du village, au retour, en arrivant à la côte de la mort (c’est ainsi que nous l’appelions les jours de neige) les cloches sonnent.

De colère, je vais à l’église, pose son Nous Deux visible sur le bord du banc et... oublie le chapelet. Tant pis, je le réciterai bras croisés en comptant sur les doigts.

En fin de rosaire, l’abbé Freund notre curé le prend, feuillette, haussement d’épaule, le jette sur le banc.

Mlle L. me gifle.

 

enfant chapelet.jpg

 

Au retour ma « mère » exporte sa colère sur moi devant mes Grands-Parents impuissant vu leur âge. Le lendemain, j’ai, sans le faire exprès, oublié le dit chapelet.

Idem : Mlle L. et ma « mère ».

Du coup, par la suite, je récite, chapelet en main devant les copains, sans que l’institutrice le voie. Et rebelote : gifle de Melle L. etc.

C’est décidé, j’aurai le dernier mot. Tout ça devant les fidèles.

Il faut savoir que dans un petit village l’internet de l’époque était plus rapide que l’internet d’aujourd’hui à la différence qu’à l’époque la communication était directe et verbale.

Bon ! Revenons au chapelet

Quelques jours plus tard, Fernand mon copain, après la gifle, dit :

- Mais madame il l’a, il nous le montre !

Elle part sans s’excuser.

De mon côté, sur le coup j’étais en colère contre Fernand. Heureusement, un enfant n’est pas rancunier. Au retour, je ne dis rien, idem, colère etc…

Bizarre l’internet local n’a pas fonctionné cette fois mais pour moi, la guerre contre Mlle L. était ouverte.

Ma « mère » ? J’ai des facilités dans l’écrit, si un jour j’écris mon enfance, le titre sera :

L’ENFANT vous REGARDE !

Place au conte qui finit bien.

Passant devant l’école des filles (les grandes vacances) Mlle L. à sa fenêtre me dit

-  Denis viens dans la salle de classe »

Aïe aïe…  Pas bon pour moi je me dis « qu’est-ce que j’ai encore fais que je ne sais pas ?»

J’arrive dans la salle, de classe l’armoire Biblio grande ouverte, deux cartons vides au sol.

- Denis, on m’a dit que tu aimes lire, (ah bon !) je veux renouveler ma bibliothèque, prends, c’est pour toi » !

Et c’est un ainsi que j’ai eu : MA PREMIÈRE BIBLIO

Vite chez mes Grands-Parents. Je leur montre avec fierté MA PREMIÈRE BIBLIO.

Ils sourient, sont fiers de moi.

Deux cartons superposés… Il me suffisait de tendre la main pour accéder à Voltaire, Rousseau, Georges Sand, Chateaubriant, les Alexandrins de Victor Hugo ...

Bien sûr nous les avons lus à l’école, mais chez mes Grands-Parents (mon chez MOI), avec mes livres cela a un tout autre sens, c’est du recueillement !

Ce jour-là, j’ai enterré la hache de guerre. Merci Mlle L.

 

enfant livres.jpg

 

Vous, ma grand-mère, François (malade alcoolique), Mr Spire Directeur d’entreprise, les enseignants m’avez ouvert la porte du SAVOIR. De mon côté, je n’ai fait que la franchir. Merci â vous.

Ah ! J’oubliais le

11ème COMMANDEMENT

« Tu respecteras l’ENFANT »

Moïse n’avait sans doute plus de place sur sa tablette.

Ici s’arrête mon conte.

Je ne peux m’empêcher un hors-sujet.

Notre Église, l’abbé Freund :

Que l’on soit croyant ou non, nous lui devons une Église à l’architecture avant-gardiste. Jadis, j’ai lu qu’elle était exposée à Londres pour sa modernité.

Notre historien local connaît cet épisode mieux que moi.

Ma vie s’est faite entre : ma famille, mon travail, défendre les autres.

À défaut d’avoir eu une famille,

Mon unique ambition était de fonder une famille et de pouvoir élever nos enfants dignement.

Anne-Marie et moi (famille recomposée) à deux nous sommes devenus parents, grand parents, et Agathe une merveilleuse tornade qui nous a fait arrière-grand-père et qui me mène par le bout du nez.

A-M voulait une maison, de mon côté, un appartement et de l’espace me suffisait.

Que voulez-vous, ce que Femme veut. Je pense ne pas être le seul.

Cela s’appelle le BONHEUR.

Moralité :

Demandez peu, retroussez vos manches, vous aurais plus. C’est simple NON ?

Bien sûr il faut de la chance mais il ne faut pas l’attendre il faut aller vers elle.

Denis A. Schoeneck.

 

Autres récits de Denis Abel :

Souvenirs scolaires

La démystification des "On dit"

 

Ces pages devraient également vous intéresser : 

Clément Keller : récits & souvenirs 

Clément Keller : le CD Anthologie 

Ecole primaire 1954

BD des années 50-60 

La Mine 

Nos ami(e)s racontent 

Je vous parle d’un temps 

Nos années 60 

Parlez-nous de vous 

Programme TV & Humour 

Tous les diaporamas Nostalgia 

 

Schoeneck beau coin : autres récits 

Introduction 

5 Fruits & légumes 

Alléluia ! Il marche et il parle... 

Je vais ’recevoir’ une petite sœur 

A la découverte du monde 

Opa Adolphe - Mon premier vélo 

Être ou ne pas être..

 Premier jour de classes 

 

Autres pages locales 

Petite histoire de la Lorraine 

Expressions en Platt 

Recettes de cuisine en Platt 

Récits & ouvrages en Platt 

Proverbes, dictons & chansons en Platt 

 

Votez pour le Blog Nostalgia

Merci

02/08/2020
29 Poster un commentaire

Abel Denis : Souvenirs scolaires

TÉMOIGNAGE 1 :

L’école, moi et ma colère

Élève moyen aimant m’instruire, tantôt 1er, tantôt des prix, beaucoup de prix et UNE colère.

A l'école primaire de mon village de Schoeneck, notre instituteur (M.Schmidt), nous demande d’écrire une ligne de « L »majuscule. Une fois la ligne terminé nous pouvons rentrer chez nous.
Bien sûr, un 1er de classe (sur 6) se doit d’être le 1er à rendre la copie.
Je me dépêche et là pose sur le bureau prêt à bondir sur la porte. 
Il me dit :

- Ce sont des S majuscule.

Je maintiens que c’est lui qui a tort, je persiste et il me donne 10 lignes à copier.

« Pas question », je prends la porte, il me bloque et « 4 pages et tu ne sortiras pas avant, j’ai tout mon temps ».

De colère je jette tout mon matériel dans la classe et vais m’asseoir au fond de la salle, persuadé que ce qui m’arrive est injuste et que je ne céderai pas. 

L’horloge tourne, mes copains sortent et nous voilà seuls.

Je reste assis, persuadé d’avoir raison mais comment faire pour me dépatouiller de cet imbroglio ?

Je pense que M. Schmidt devait se poser la même question. Arrive ma « mère ». Pleurs, morale, rien n’y fait, c’est lui qui a tort pas moi !

Arrive le secrétaire de Mairie (le n* 1 du village avec le curé) je lui raconte l’injustice subie.

Il m’écoute puis d’une voix douce me dit « peut-être qu’il a raison » je commence à douter de ma certitude. Puis le n°1 se tourne vers l’institut et dit :

Il pourrait peut-être assister à notre première projection et donner son avis ? 

Bonne idée, dit M. Schmit.

Il termine les corrections puis se dirige vers moi, soigne ma main écorchée pendant ma colère, puis me dit :

Il ne faut pas se fâcher ça ne sert à rien…

Et me voilà, moi devant l’écran, derrière, mon instituteur, le secrétaire et le curé, les 3 personnalités de notre petite commune.

Après la projection (Félix le chat suivit d’un film pour nous sensibiliser sur l’hygiène) on me demande mon avis.

C’est bien ils peuvent regarder...

J’étais fier, ils avaient besoin de mon avis et ce soir-là j’étais devenu le n°4 des personnalités du village 'selon moi'.

Oui mais voilà, il fallait rentrer. J’arrive à la maison, mon grand-père est assis en bout de table, mon repas est posé en face de moi, nous sommes seuls.

Il me montre la chambre, j’y vais sans manger, sans pleurer et le lendemain à la récré, les copains de classe :

T’as pas fait la punition ?

Non, je ne l’ai pas faite

En classe lors de l’appel, je me lève, pose 4 pages sur le bureau.

Si c’est faux maître, je recommencerai...

Jetant un regard furtif sur une feuille : c’est bien.  Puis il continue l’appel.

Aucun de nous deux n’a perdu la face. Les autres ? Bof... Je ne saurais jamais si c’était des S ou des L et je suis resté 1er de classe.

La pédagogie ? Ce mot n’était pas utilisé mais hormis quelques rares brutes, elle était pratiquée.

Mes colères ? Ayant dû quitter le lycée à contrecœur, (malheur à qui ramène une mauvaise note en conduite !), j’avoue et regrette d’avoir envoyé la pédagogie au diable. 

Pour le reste j’ai fait de mon mieux « pédagogiquement ».

Mais, ne me demandez jamais de faire un S ou un L majuscule, vous risquez une plainte pour harcèlement mental. Amicalement, Denis Abel.

 

https://static.blog4ever.com/2016/02/814449/artfichier_814449_7802466_201807140752158.jpg

 

TÉMOIGNAGE 2 :

Mon instituteur, un pédagogue en avance sur son temps

Si j’ai profité de Nostalgia (trop bien ce site) pour vous raconter dernièrement ma colère, je me dois de vous raconter également mon hommage au même instituteur, M. SCHMIDT. 

Il m’arrive souvent de parler de lui à mes petits-enfants. Pourquoi ?

Bien sûr il enseignait comme d’autres mais, les samedis après la récré il était « hors cours ». Mr Schmidt nous expliquait alors le « monde » en adaptant sa « pédagogie » à notre capacité de compréhension.

D’abord situons l’époque : nous venions de sortir de la 2ème guerre mondiale et l’Europe devait tout d’abord se reconstruire.

Voici, entre-autre, ce que je retiens de ses « hors cours » :

La Bourse - Les actions – Explications :

Vous fabriquez un produit qui se vend bien vous voulez agrandir votre entreprise mais voilà vous n’avez pas assez d’argent donc vous proposez qu’on vous prête de l’argent moyennant des gains possibles etc...

Les années ont passé le monde a changé au point que la puissance de l'actionnariat peut devenir une des causes des crises, tuer les petites entreprises et provoquer des licenciements.

M. Schmidt ne pouvait, hélas, prévoir le futur. J’en profite pour citer le philosophe Wilhelm Friedrich Hegel :

« Les hommes font l’histoire mais ne savent pas l’histoire qu’ils font »

Je ne jongle pas avec les actions mais suite à ce « hors cours », souvent lors d’un événement, je regarde les cours de la bourse en suivant les événements.

Exemple, le Coronavirus : un discours politique a suffi pour faire chuter les cours de la bourse….

Merci monsieur Schmidt, à chaque fois que j’explique à mes petits-enfants ce principe, votre nom figure dans mes explications

Une autre fois, un samedi à quelques minutes de la fin il nous demande d’écrire une phrase avec le mot « soudain ». Le lundi en souriant il nous dit : « Vous avez marqué beaucoup de buts ce dimanche » ?

Un autre Samedi, M. Schmidt a ramené une boîte bizarre, l’a ouverte, en a sorti un violon et a joué une merveilleuse mélodie.

Il me semble que c’était « le vol du bourdon » du grand Rimski-Korsakov

J’étais fasciné et, dans mon cœur, le trombone a laissé la place au violon qui continue toujours à me fasciner.

En passant, je vous propose un intermède sur la chanson « Paris s’éveille ». 

Si les paroles évoquent bien le titre, alors, fermez les yeux et écoutez le passage avec la flûte traversière… 

Pour moi, c’est un oiseau qui chante Paris ensoleillé le matin. Et pour vous ?

Cher M. Schmidt, j’ai été responsable d’une école de musique, une de mes filles est devenue clarinettiste et ses deux enfants sont également musiciens (trompette et saxo). 

Ce n’est ni par vous, encore moins par moi qu’ils ont hérité de cette sensibilité musicale, c’est à ma femme qu’ils la doivent, laissons l’église au milieu du village...

Soit, je n’ai pas de violoniste dans la famille mais ce n’est pas grave car à chaque son de violon je pense à vous.

Merci Monsieur Schmidt et merci aussi Clément je sais que mes textes sont longs.

Je termine sur un essai d’humour.

Étant nul en orthographe (pas de logique selon moi), au lycée mon professeur de français a écrit :

« Qu’elle imagination débordante bravo, mais que de foooootes » !

Si vous avez eu la patience de me lire, MERCI. Denis ABEL, enfant de Schoeneck.

 

Autres récits de Denis Abel

Souvenirs d’enfance (1) 

La démystification des "On dit"

 

Ces pages devraient également vous intéresser : 

Clément Keller : récits & souvenirs 

Clément Keller : le CD Anthologie 

Ecole primaire 1954

BD des années 50-60 

La Mine 

Nos ami(e)s racontent 

Je vous parle d’un temps 

Nos années 60 

Parlez-nous de vous 

Programme TV & Humour 

Tous les diaporamas Nostalgia 

 

Schoeneck beau coin : autres récits 

Introduction 

5 Fruits & légumes 

Alléluia ! Il marche et il parle... 

Je vais ’recevoir’ une petite sœur 

A la découverte du monde 

Opa Adolphe - Mon premier vélo 

Être ou ne pas être... 

 Premier jour de classes 

 

Autres pages locales 

Petite histoire de la Lorraine 

Expressions en Platt 

Recettes de cuisine en Platt 

Récits & ouvrages en Platt 

Proverbes, dictons & chansons en Platt

 

Votez pour le Blog Nostalgia

Merci

02/08/2020
0 Poster un commentaire

Marie-Thérèse Schlage : petits souvenirs en vrac

Souvenirs d’enfance à Schoeneck

Je me souviens qu’en revenant de près de 2 mois de vacances d’été chez mes grands-parents maternels à la campagne, donc près de Bitche, Mme LHOMME me disait que j'avais retrouvé des couleurs car à la fin de l’année scolaire j’étais pâle.

Pendant ces 2 mois de vacances chez mes grands-parents, je me mettais assise sur les escaliers, j'avais un petit carnet et un crayon à la main et je notais toutes les plaques d’immatriculation des véhicules qui passaient la frontière…

Était-ce déjà un signe prémonitoire de ma future carrière dans la douane ?

En hiver, je faisais de la luge avec d’autres enfants du village dans la descente qui menait de l’école primaire jusqu’en bas au village où habitait une copine de classe qui s’appelait Martine Florence.

Je me souviens aussi avoir assisté dans une salle près du stade de football, à l’endroit où se trouve le gymnase actuel, à des séances de cinéma.

J'ai ainsi eu la chance de voir, entre autres, les films SISSI avec la merveilleuse actrice ROMY SCHNEIDER.

Cette série de films racontaient l'histoire d'amour de l'impératrice Sissi et de l'empereur d’Autriche François-Joseph.

 

sissi-romy-schneidee.jpg

 

Sur cette même place devant le gymnase avait également lieu, si je me souviens bien, la fête foraine

J'étais aussi une grande collectionneuse.

Je collectionnais les étiquettes de boites de fromage, les cartes de vœux de nouvel an, les cartes postales ainsi que les porte-clés que je possède encore.
Monsieur HUYGHE le douanier avait plusieurs cages de perruches dans une pièce inoccupée du bloc de douanes rue des écoles et c’est lui qui m’a fait connaitre le chanteur néerlandais HEINTJE qui a changé de nom aujourd’hui. Ce chanteur a fait une carrière impressionnante en Allemagne durant ces années là et je l'écoute toujours avec autant de plaisir. Mon premier 45 t que j’ai eu à SCHOENECK c’était le disque de SHEILA avec la chanson « BANG BANG ».

Je possède encore aujourd’hui tous les 45 t de cette artiste que j’aimais tout particulièrement.

 

carte postale schoeneck.jpg

 

Souvenirs de douane

Cette histoire est vieille, elle commence  au début de la carrière de mon père.

Papa venait d’un petit village Meurthe & Mosellan et  un autre jeune homme du même village que mon père avait aussi été reçu au concours d’entrée dans la douane. Ils étaient donc tous deux originaires du même village et, pour leur premier poste, ils se sont retrouvés parachutés à quelques kilomètres l’un de l’autre. De ce fait, ils ont continué à se fréquenter, même une fois maries chacun de son côté.  Ce douanier se nommait CEZARD, il avait plusieurs enfants dont une fille prénommée Martine c’est d’elle et des garçons (tous douaniers) que j’aimerai parler ici.

Un jour, il y a environ une quinzaine d’années, dans le service ou je travaillais à l'époque,  j’avais un collègue qui venait de ce village et qui savait très bien que nous étions amis avec la famille CEZARD. Un matin, arrive dans mon bureau une nouvelle collègue que je ne connaissais pas encore très bien. Elle me demande de de venir avec elle mais moi, je ne savais pas du tout ce qu’elle me voulait…  

Finalement, c'était juste pour me dire qu’elle avait travaillé avec Martine et que c’était une amie. En réalité, cette nouvelle collègue travaillait dans  le même bureau que mon collègue cité ci-dessus et le connaissait.

Cette collègue, prénommée Martine, travaille à l’aéroport de LYON et, grâce à cette rencontre, j’ai retrouvé  une amie que je n’avais pas vu depuis 15 ans si ce n'est plus. Nous continuons d’ailleurs de nous écrire et d’échanger des nouvelles de nos proches.

 

 

Ces pages devraient également vous intéresser : 

Clément Keller : récits & souvenirs 

La future place du souvenir des anciens de la Ferme 

Clément Keller : le CD Anthologie 

BD des années 50-60 

La Mine 

Nos ami(e)s racontent 

Je vous parle d’un temps 

Nos années 60 

Parlez-nous de vous 

Programme TV & Humour 

Tous les diaporamas Nostalgia 

 

Schoeneck beau coin : autres récits 

Introduction 

5 Fruits & légumes 

Alléluia ! Il marche et il parle... 

Je vais ’recevoir’ une petite sœur 

A la découverte du monde 

Opa Adolphe - Mon premier vélo 

Être ou ne pas être... 

 Premier jour de classes 

 

Autres pages locales 

Petite histoire de la Lorraine 

Expressions en Platt 

Recettes de cuisine en Platt 

Récits & ouvrages en Platt 

Proverbes, dictons & chansons en Platt

Le billet d’humour en Platt

 

Votez pour le Blog Nostalgia

Merci

25/07/2020
54 Poster un commentaire


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser