NOSTALGIA, le Blog qui fait oublier les tracas...

NOSTALGIA, le Blog qui fait oublier les tracas...

Em Clemau sei Footzegge April 2018

April 2018

Wemma’s rischdisch iwalét donn is es leewe doch koomisch unn nit imma wimma sich’s foaschtelt…

Bay unns zum bayschbihl, wemma bis jetz in férie gefaa sinn homma imma de Audobuss geholl.

Das is imma gudd gong unn waa a nit so daya. Uff jede fall ware ma imma sefridde…

Do hat jo zelétscht may beschdi Fraa summa gesaat : Ay glabschde donn nit das ma mol middem Zuuhr fahre kinde ?

Das iss jo soo gemitlich unn Ich wär jo soo gear E mol middem Tégévé gefahr…

Na ja, warum don nit honn Ich gesaat, Ei wo dèdschdde don gear hinfahre ?

Ay mir ware doch soo long nimmé in Pariss, do kindde ma jo vun Fouabar direkt de Tégévé holle unn in onnatalb schdunn wäre ma schunn in Pariss…

Na ja, wenn Ich nee soon do gebs wilayscht ballawa also honn Ich liwa nix gesaat unn honn mich sofoat on may Kompiudda gesitzt, honn E hoddel fa 3 daa résaviadd unn bin nohea noch schnell uff de Fuabarra Boonhoff gefaa fa zwei aller-retour Tégévé billets fa noo Pariss ze kaafe…

Gonz billisch ware se grad nit, awa middem rabatt weil ma jo schunn ball 70 sinn ware se so donn schlisslisch doch E bissie billischa wie E neies Auddo.

Maynes wa soo froh, dasses dray daa long noua Parisa lieder gesung hat…

Sous les ponts de Paris, J’aime Paris au mois de mai, Il est 5 heures Paris s’éveille unn laudda so fronsésische dinga…

Sie singt jo nit schlecht awa um éalisch se sinn, ich waa trodzdem so rischdisch froh das ma ball wegfahre…

 

https://static.blog4ever.com/2016/02/814449/artfichier_814449_7666371_201804111541772.jpg

 

E paa daa spädda homma unsere koffa gepackt unn E kumbel hat uns donn onn de Fouabarra Boonhoff gefaah.

Wie ma dort onkum sinn war alles so scheen ruhisch unn Ich honn misse schdaune das soo winisch laid doat ware… Mia sinn doch nitt die änsiche wo hait no Pariss fahre odda ?

Ich honn jo a nit gewusst uff wasfarem Gläs de Zuurh noh Pariss abfaat also hon ich so e nettes mädsche mimme rodde Iagge wo SNCF (*) druff geschdonn hat gefroot.

Das liewe ding hat gelacht unn hat ma gesaat das die Boohn schtraikt unn das ma hait vorm Boonhoff in E Audobuss schtaye misse dea uns donn noo Paris faat…

Ich hät mich jo ball dodgelacht wenn meines nit debay gewähn wär… Doo fahre ma fa ä mohl middem Zuurh in oualab unn misse schuwidda middem Audobuss fahre !

Die Räss war im grosse gonze scheen, E bissie dayera unn longsomma wie sunscht, awa mim Zuuhr simma bis jetz imma noch nit gefah.

Uffem hemwäsch honnse imma noch geschtreikt unn ma honn donn A widda mim Audobuss fahre misse !

Komisch... Seit dem hat mei fraa a nix mé von Zuuhrfahre gesaad…

Unn Ich sowiso nitt, sunscht héts waascheinlich ballawa geen unn das muss jo nit sinn, ess läwe is jo soo schunn zimlich komplitziat…

Enns iss uff jedefall sicha, beim näckschdde Oualab farre ma mim Audobuss...

Wemma glick hon donn schtraygge die unn ma misse villaycht in E Zuuhr umschdaye donn kinde ma endlich E mool mim dem Tégévé fahre !

Friya hat May Oma imma gesaad : Wo E wille iss, iss E wäsch ! Domols hat's jo a noch kenn schtraik bei de Tégévé fahra genn...

Soo,  Liewe läsa das wär’s voalayvisch… Blaywe gesund unn munda unn vegesse nit jéde Daa Nostalgia se läse.

Biss ball !

(*) Savoir Nous Calmer Facilement ?

 

Et, comme promis, pour les 'non-plattophones', voici la traduction non-littérale de ce récit totalement fictif :

Si on réfléchit bien, la vie est tout de même bizarre et pas toujours telle qu’on l’imagine…

Chez nous par exemple, lorsqu’on partait en vacances on prenait toujours l’autobus. 

Ça marchait très bien, ce n’était pas trop cher et on a toujours été satisfait.

Dernièrement la meilleure de mes épouses m’a dit : Tu ne penses pas qu’on pourrait pour une fois partir en train ? C’est tellement confortable et j’aurais tant aimé rouler une fois avec le TGV…

Pourquoi pas ai-je répondu, mais où aimerais tu aller ?

Ca fait tellement longtemps qu’on n’a pas été à Paris, on pourrait prendre directement le TGV à Forbach et, en une heure et demie on serait à Paris…

Bon, si je dis non on va peut-être s’engueuler alors j’ai préféré ne rien dire, je me suis assis devant mon PC pour réserver 3 nuits d’hôtel et je suis parti dans la foulée à la gare de Forbach acheter 2 billets aller-retour en TGV pour Paris.

Les billets n’étaient pas vraiment bon marché, mais grâce aux remises accordées parce qu’on avait presque 70 ans ils ont finalement coûté un peu moins cher qu’une nouvelle voiture.

Ma moitié était si contente qu’elle n’a chanté que des chansons parlant de Paris pendant 3 jours : Sous les ponts de Paris, J’aime Paris au mois de mai, Il est 5 heures Paris s’éveille et plein d’autres trucs en français…

Franchement, c’est pas qu’elle chante mal, mais j’étais tout de même content qu’on parte rapidement… Quelques jours plus tard nous avons fait nos valises puis un pote nous a ramené à la gare de Forbach.

Arrivé sur place j’ai était étonné de voir que tout semblait tranquille et qu’il y avait si peu de gens dans la gare… On n’était quand-même pas les seuls à partir pour Paris non ?

Comme je ne savais pas sur quel quai partait le train j’ai posé la question à une jeune demoiselle vêtu d’un blouson rouge au dos duquel était écrit SNCF…

La gentille demoiselle m’a expliqué en souriant qu’il y avait grève et qu’on allait partir de la gare avec un autobus qui nous conduirait jusqu’à Paris…

J’aurais éclaté de rire si ma femme n’était pas avec moi… Pour une fois qu’on part en vacances en train, on est à nouveau obligés de prendre l’autobus !

Globalement le voyage était agréable, il était un peu plus cher et a duré un peu plus longtemps que d’habitude mais on n’a toujours pas eu le plaisir de rouler en train car sur le chemin du retour, il y avait à nouveau grève et on a encore dû reprendre l’autobus !

C’est bizarre… Depuis ce jour,  ma femme ne parle plus de voyage en train…  

Moi non plus d’ailleurs sinon on se serait peut-être engueulé, et ça, ce n’est pas nécessaire, la vie est déjà assez compliquée comme ça…

Une chose est sûre, la prochaine fois qu’on part en vacances on prendra l’autobus et, avec un peu de chance, si ces derniers sont en grève, on nous embarquera dans un train et on le fera finalement quand-même ce voyage en TGV… A bientôt !

 

 

Lire les autres billets

Billet Février 2018 (Changements de Présidents)

Billet Mars 2018 (Le catalogue russe)

Billet Mai 2018 (N. D. des Landes - Le prix Eurovision)

Billet Juin 2018 (La coupe du monde)

Billet Juillet-Août 2018 (La canicule)

Billet Septembre 2018 (Macronix le gaulois)

Billet Octobre 2018 (Nouveau Gouvernement)

 

Autres pages locales 

Petite histoire de la Lorraine

Expressions en Platt 

Recettes de cuisine en Platt 

Récits & ouvrages en Platt 

Proverbes, dictons & chansons en Platt

  

Ces pages devraient également vous intéresser :

Clément Keller : récits & souvenirs 

La future place du souvenir des anciens de la Ferme 

Clément Keller : le CD Anthologie

BD des années 50-60

La Mine

Nos ami(e)s racontent

Je vous parle d’un temps

Nos années 60

Parlez-nous de vous

Programme TV & Humour

Tous les diaporamas Nostalgia

 

 Votez pour le Blog Nostalgia


Merci


08/09/2018
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 112 autres membres