NOSTALGIA, le blog qui fait oublier les tracas...

NOSTALGIA, le blog qui fait oublier les tracas...

Pepito et Pipo


Pepito

Le monde de la mer et des galions est toujours largement présent dans la production artistique de Luciano Bottaro. Alors que l’auteur n’est âgé que de 21 ans, il en est déjà à son troisième corsaire ! 
Avec Aroldo et Tim, en 1951, Bottaro est dans la phase qui précède la naissance de son plus célèbre personnages : Pépito, un sympathique corsaire dont les aventures  amusent encore aujourd’hui un public de tous âges. 
Le héros en question est un jeune et dynamique pirate, intelligent et rusé en conflit constant avec sa ventripotence Hernandez de la Banane, tyrannique Gouverneur de la colonie espagnole de Las Ananas. 
Ce dernier passe son temps à mettre au point, avec l’aide du professeur Scartoff, un inventeur farfelu, de nouvelles méthodes pour soutirer sous forme d’impôts toujours plus de doublons à ses sujets… (La réalité a, depuis, largement rejoint la fiction !)  
La première histoire de Pépito (qui initialement aurait dû s'appeler Pépito, le Corsaire Bleu) paraît au mois d’avril 1952 dans le mensuel italien Cucciolo, et le second épisode est publié quelque mois plus tard, dans Gaies Fantaisies, deux périodiques appartenant aux éditions Alpe dirigées par Giuseppe Caregaro. 
L’éditeur italien ne croit pas vraiment à la possibilité de dédier à un nouveau personnage tout un magazine et cède les droits, à l’insu de son créateur, à l’éditeur parisien SAGE (Société Anonyme Générale d'Éditions), de Victor Broussard qui lancera avec succès en juin 1954 le mensuel Pépito dans le but de concurrencer Pipo des Editions Lug
Ainsi, pendant plus de dix ans, Bottaro fera la fortune de la SAGE avec Pépito petit format et les diverses moutures de Pépito magazine. 
En France, les aventures du sympathique corsaire connaissent rapidement le succès et de nouvelles aventures seront spécialement écrites pour le marché français. 
Pépito paraîtra jusqu’en 1972 sous forme d’albums de mensuels, de bimestriels et de numéros spéciaux. 
Précurseur de notre Astérix national, les aventures de Pépito peuvent également se lire à plusieurs niveaux : les adultes y trouvent une salutaire dose d’ironie ainsi que de nombreuses références culturelles tandis que les enfants se régalent d'action et de situations burlesques.
Sur un plan strictement ‘culturel’, les aventures de l’équipage de la Cacahuète et son combat contre l'ignoble Gouverneur Hernandez de la Banane ne sont d’ailleurs pas sans rappeller les personnages de la classique ‘Commedia dell'arte’ italienne. On y retrouve en effet, les classiques situations d’affrontements de personnes, le grand-guignolesque goût pour la farce, les bastonnades, les quiproquos et l’utilisation du déguisement sous toutes ses formes. 
Après de nombreuses péripéties concernant les droits d’auteurs, Giuseppe Caregaro se laisse finalement convaincre de lancer l’édition italienne qui ne comptera finalement que 18 numéros. Bottaro vit dès lors une ‘triple’ carrière, produisant une partie de son œuvre pour l'Italie, une autre pour la France, plus une troisième partie qui paraîtra à la fois dans les deux pays. En 1968, Luciano Bottaro fonde le studio Bierreci (B, R, & C) avec ses amis Giorgio Rebuffi et Carlo Chendi.
Il y travaillera avec de nombreux dessinateurs tels, Frank Aloisi, Raymond Maric, Ferdinando Fusco, Lellbach, Luciano Capitanio, George Cavazzano, et ce, presque toujours avec des résultats plus qu’honorables. 
Au fil des années, Pépito deviendra de plus en plus populaire et de nombreux produits dérivés (porte-clefs, disques, transferts, figurines, ballons, masques de carnaval et même un fromage !) à l’effigie du sympathique pirate voient le jour. La renommée et l'intérêt manifesté par les lecteurs feront que Pépito réussira à traverser le temps sans prendre trop de rides. 
Malgré des scénarii hors du temps, Bottaro et son personnage Pépito est considéré comme un des grands auteurs de BD. De nombreuses manifestations, expositions et sites Internet lui sont d’ailleurs consacrés ainsi qu’à son personnage phare l’illustre Pépito.
Pépito est lu dans de nombreux pays dont l'Australie, l’Afrique du sud, le Mexique, l'Argentine, l'Espagne, (en espagnol Pépito est connu sous le nom de Capitan Corchito), le Brésil, le Portugal, quelques pays de langue arabe, la Grèce, l'Allemagne, l'ex-Yougoslavie, (souvent avec des éditions pirates!). En Italie, aujourd’hui, Pépito est publié par les Éditions Paoline dans les pages de l’hebdomadaire Il Giornalino, qui lui a même dédié un dossier spécial hors-série.
Petite anecdote
Pépito n°1 paraît en juin 1954 mais paradoxalement, on n’y trouve nulle trace de son créateur Bottaro. En effet, la couverture est exécutée par Raffaële Marcello et l’intérieur est signé Carlo Cossio. Explication : effectuant son service militaire, Bottaro s'est fait momentanément remplacer par l'auteur d'Alain la Foudre et la SAGE n'a pas respecté l'ordre chronologique. Le n°1 présente Pépito ainsi : issu d'une honnête famille de boucaniers, ses premiers mots furent "À l'abordage !". Hélas, écrasé par les impôts levés par le gouverneur de Las Ananas, le père du héros fait faillite et confie le bébé à Ventempoupe et Crochette avant de disparaître. Grâce à l’argent récolté lors de la vente des trophées de famille, Pepito achetera "La Cacahuète", et combattra le tyran Hernandez de La Banane. C'est en réalité dans Pépito n°2 qui sera publié le tout premier épisode intitulé ‘Pépito contre La Banane’.  
 
https://static.blog4ever.com/2016/02/814449/pepito.jpg
 
 
PIPO ET ELASTOC
Giorgio Rebuffi, le dessinateur de PIPO
Le dessinateur italien Giorgio Rebuffi, a oeuvré dans nombre de journaux français des années 50 à 80 (PIPO, PIM PAM POUM, PEPITO, BIMBO etc...). Créateur infatigable et prolixe, il élabore de nombreux personnages. Né à Milan en 1928, Rebuffi abandonne ses études de médecine pour se consacrer au dessin. 
Son éditeur lui demande alors de reprendre Pipo et Concombre (Cuccioli et Beppe en Italie), personnages inventés par Rino Anzi et Giuseppe Caregaro en 1940. Rebuffi modifie ces héros en les 'humanisant' et en leur adjoignant des 'compagnons' qui vont rapidement mener la série vers le succès.
Grand professionnel, Rebuffi réalise des BD où l'humour est omniprésent et vivant et dans lesquelles il n'hésite pas à mettre en avant les travers humains en les parodiant dans des scènes ou des situations les plus originales.
En France, les BD de G. Rebuffi ont presque toutes été  publiées par les éditions LUG. En ce qui concerne "Pipo et Concombre" un titre spécifique ainsi que des numéros spéciaux lui étaient consacrés, puis PIPO fusionnera avec PIM PAM POUM, un autre périodique de la même maison d'édition pour devenir PIM PAM POUM PIPO.
Rebuffi a également dessiné quelques épisodes de Pantaleo et Coriolan d'après W. Faccini, l'histoire d'un jeune homme accompagné d'un énorme gorille boxeur, parus dans PIPO. Fox le shériff, paraîtra dans PIPO (édité par la SAGE) et Bingo et Bongo paraîtra dans PEPITO. Ajax le fantôme, sera lui, publié dans BIMBO, un fascicule édité par la SFPI.
Les personnages : 
Il y a d'abord Pipo, un jeune homme intelligent et rusé toujours accompagné de son ami Concombre, et d'Elastoc, (Tiramolla en Italie) un curieux individu filiforme et élastique capable de prendre n'importe quelle forme et de se sortir de n'importe quelle situation.
Le trio de choc joue les détectives et se retrouve toujours nez à nez avec Bombarde, un personnage patibulaire et malsain qui tient le rôle du 'méchant de service' tout au long des nombreux épisodes.  
On notera également la présence de Jonas, le cousin de 'Pipo', qui porte systématiquement la poisse à son entourage et l'insaisissable et mystérieux individu masqué nommé Fantasmak.
Autres personnages hauts en couleurs, Concombrette, la cousine de 'Concombre', toujours accompagnée d'un kangourou qui s'exprime exclusivement à l'aide de pancartes et Pougatchoff, un loup des steppes qui termine toutes ses phrases en 'ski' ou en 'off' pour bien marquer ses origines 'slaves'. Ce dernier n'a d'ailleurs qu'un seul souhait, faire passer l'ignoble 'Bombarde' à la casserole et le bouffer... 
Périodiques parus en France : 
Pipo n°1 à 229 (09/52 à 11/61)
Supplément Pipo n° 1 à 4 (06/53 à 06/54)
Pim Pam Poum n° 1 à 55 06/1955 à 11/1961)
Spécial Pipo n° 1 à 9 (12/1959 à 12/61)
Pim Pam Poum Pipo n° 1 à 132 (12/61 à 12/72)
Spécial Pim Pam Poum Pipo n° 1 à 48 (04/62 à 12/73)
Mini Pipo n° 1 à 18 (anciennes histoires de Pipo, 12/68 à 04/73)
Maxi Pipo n° 19 à 27, suite de Mini Pipo, contenant des jeux et des BD humoristiques françaises (06/73 à 08/74)
Fiesta n° 1 à 20, intitulé "Pim Pam Poum Fiesta" au n° 16 puis "Pim Pam Poum" des n° 17 à 20. Remplace le Spécial Pim Pam Poum Pipo (03/74 à 12/78)
(source: Encyclopédie des BD de petit format, Lug (Gérard Thomassian)
En Italie Rebuffi a dessiné dans les GAIE FANTASIE (Editions ALPE) où l'on retrouve Pipo, Concombre, Fox, et Bingo & Bongo.
Gaie Fantasie grand format n° 1 à 32 (mensuel de 1948 à 1951)
Gaie Fantasie petit format (bimensuel, 01/52 à 12/54).  
Gaie Fantasie format libre (bimensuel, 01/55 )
(source: Liste Gaie Fantasie de Giorgio Rebuffi)
Rebuffi a dessiné également dans de nombreuses revues telles RE DI PICCHE (1969), TROTTOLINO (1952), VISPA TERESA (1953), TOPOLINO (1971), IL CORRIERE DEI PICCOLI (1974), PIF PARADE (1989), les Productions VITTORIO PAVESIO (1996), et le journal DODO (1997)... 
Témoignage :
Les jours heureux de notre enfance n'avaient en fait qu'un seul point vraiment négatif : un manque cruel d'argent. Les quelques francs généreusement alloués par les parents ou les grands parents étaient rapidement dépensés en Carambars, Chewing-gums gagnants, caramels à 1 centime et autres poudres 'coco'…
Une partie non négligeable de notre maigre budget était également consacrée à l'achat de 'bouquins', ces fameux petits formats dédiés aux héros qui ont peuplé nos rêves d'enfants et d'adolescents des années 50-60. Parfois le manque de liquidité soulevait même de cruels dilemmes : Pépito ou Pipo ? Kiwi ou Rodéo ? On préférait alors se priver de carambars pour acheter le magazine convoité. De toutes façons, les copains achetaient également ces bouquins et on allait pouvoir se les échanger par la suite !  
Le trio Pipo, Comcombre et Elastoc faisait partie de ces personnages mythiques que nous retrouvions avec grand plaisir tous les mois dans PIPO, le fascicule édité par les éditions LUG. Clément Keller.
 
https://static.blog4ever.com/2016/02/814449/pipo.jpg

10/02/2016
0 Poster un commentaire

Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser