NOSTALGIA, le Blog qui fait oublier les tracas...

NOSTALGIA, le Blog qui fait oublier les tracas...

Em Clémau Sei Footzegge

Dans cette rubrique, je proposerai régulièrement à nos lecteurs maîtrisant le Platt, un petit billet d'humeur sur des sujets d'actualité ou tout simplement quelques élucubrations générales en fonction de l'envie du moment.

Si vous-mêmes avez envie de participer, n'hésitez pas à nous faire parvenir vos textes en Platt. Votre orthographe sera la nôtre, nous n'attachons ici aucune importance à la façon dont vous retranscrirez cette langue, il s'agit avant tout de garder la saveur des expressions et de les retranscrire sous une forme phonétique. 

 

Fébroua 2018

Ya unn jetz ? Wie soll's donn weida géhn ? Voaychtjoa hat ma ball gemännd das die Weld unnageht unn jetz gehts  doch Weidda… Ma honn E naya Brézidentt kritt, so E junga der schtraalt wie E butzlumbbe wenn a dorum tappd, gaa keen veglaych mit dem alde, der jo imma im rän gestonn hat unn de Schlips so scheen kwea boombele gelosst hat.

Jetz werd alles warscheinlich besser wäre unn wenn’s nit bessa wead don simma halt selwa dron schuld !

Unser fraynde die amériggonner hon jo a E naya Brésident kritt, so E koomicha mit gons gäl-rode hoa... Ich wäs jo nit ob dea bessa wéad wie dea onnere wo E bissie dunkla wa, awa E scheeni Fra hadda schunn der Droumb... Sei foanome is jo Donald, soll déa vilaycht aus Disneyland koume ? Na Ja, abwadde unn Té tringge, ma wäre schunn noch siin wi's weidda gehd. 

 

macron.jpg

 (c) By KAK

 

Donn homma a noch E soo schlimma windda gehat ! Zwölef sendimmedda schnee in Paris, das gebs yo gah nit, das hat jo gonz fronkraych douajenänner gebrung ! Do iss jo keen audo mee gefaah, keen tsurr mé unn keen audobus mé…

Wie ich noch jung waa, do homma de  Federschbiel Audobus geholff schiwe wenss gladd war awa der iss gefaah !

Ma had das gefihl das es gonze lond unnagehd wenn ämool E bissie schnee fallt. Die laid sind doch ga nix mé geweehnnt.

Das grosse théma dissjoa is jo die fraue beläschdischung. Als Monn muss ma heidzedaa schwer uffpasse was ma saahd. Wenn de boojoua saacht unn debay E bissie larcht do muschdde uffpasse das de nit als peaveass hingeschdellt wärscht…

Om beschdde sahdd ma gah nix mé unn dud nur noch mit sayna aygena fraa schwetze, unn sogar doo muschdde ufpasse was de saachd, awa das wa jo noch imma soo !

So, das wär’s E mohl voaleivich, bis ball Ihr liewe Noschtalgia Lésa ! De Clémau

A la demande de quelques visiteurs ne maîtrisant pas cette langue universelle qu'est notre Platt, voici ci-dessous une traduction succincte de ce chef d'œuvre de la littérature schoeneckoise :

Et maintenant ? Comment ça va continuer ? L’année dernière on avait presque l’impression que le monde allait s’écrouler et pourtant tout continue… On a 'eu' un nouveau président, un jeune qui resplendit comme une serpillère (expression typiquement intraduisible !) lorsqu’il déambule... Aucune comparaison avec l’ancien qui était toujours sous la pluie et qui avait la cravate qui pendouillait de travers… Donc, tout devrait aller mieux, et si ce n’est pas le cas, on ne pourra s’en prendre qu’à nous-mêmes !

Nos amis américains ont aussi 'reçu' un nouveau président, un bizarre avec des cheveux jaune-rougeâtre… Je ne sais pas s’il deviendra meilleur que l’autre qui était un plus ‘foncé’ mais ce qui est sûr, c’est qu’il a une belle femme le Droump.

Son prénom c’est Donald, vous croyez qu’il vient de Disneyland ? Bon attendons et buvons du thé, on verra déjà comment ça va continuer.

Et puis on a également subi un hiver terrible ! 12 centimètres de neige à Paris, c’est pas possible, ça a complètement désorganisé la France ! Plus aucune voiture ni bus ni train ne roulaient… Lorsque j’étais enfant, on aidait à pousser l’autobus Federspiel lorsqu’il y avait du verglas mais au moins il roulait !

On a l’impression que c’est la fin du monde lorsqu’il y a un peu de neige qui tombe…

Les gens ne sont plus habitués à rien…

Le grand thème cette année c’est l’agression vis-à-vis des femmes. En tant qu’homme il faut de nos jours faire très attention à ce que l’on dit.

Si tu dis bonjour en souriant un peu, il faut faire attention de ne pas être traité de pervers…

Le mieux c’est de ne plus rien dire et de ne parler plus qu’à sa propre épouse, et même là, il faut faire attention à ce que l’on dit, mais ça, c’est depuis toujours…

Voilà, c’est tout pour l’instant, à bientôt chers lecteurs de Nostalgia !

PS : Sur le dessin, Hollande dit à Macron : tout ça c'est à toi maintenant !

 

Mäatz 2018

De winda iss jetz ball voabay unn bei mia im gadde sieht ma schunn die easchdde blume die unnam unkraut blihe…

Die Faasenart is jetz a voabay awa bei uns laaffe noch E paar dorum mit so scheen gefäabdde hoohr… Bei denn is wascheinlich die faab noch nit abgong oda die mache das mit asbsicht das ma se bessa sieht  wenn se iwa die schtroos geen wen die audo soo schnell bei uns duaich brumme…

Do is jo woa E paa Daa soga E kamion in E maoua geffaa in Scheenegge tzum glick sinn die zwei nur laicht feletst… Das hett Jo kinne schlimm ausgehn…

Das is jo aa noch so E théma die schnelle auddos bei unns inn de schtroos. De Olivié, unsa gemäneroot hat Jo veschproch das ebbes passiere wiad, villaycht wead’s in Scheenegge so wie in Paris gemach, das ma donn gaa nimé duaych weschidene stroose faare déaff…

Oder das ma bezahle muss wie in Rom wemma in die stadt mim auddo fahre will…

Wadde ma mol ab wie’s weidda gehdd. 

 

accident.jpg

 

Jetz honn jo die änglänner huddel middem Pouddin, der naye Brésidänt vunn Russlond.

Dea wa jo noch nitt gewäldd unn hat die waal schunn gewunn. So E syschdèm iss jo gaa nitt so schlecht, do spaat ma fill gäld unn brauch nitt so long se wähle… Vilaycht kummnt das bei uns aa noch. Donn kinnde ma de Magron 18 joor long behalle, das wär jo vilaycht gaa nit so schlecht donn wära jo endlich so alt wie say fraa !

Wema schunn wunn scheene fraue schwätze, Ich honn E kumpel der is jo die letscht zayd so oft uffem Indanett, Ich honn oongscht gehat das der onfongt douysch se drähe… 

Er hat sich jetz sogaa E kadaloohr mid fraue aus Russlond bestelld, so äna wo de da äns aus surre konscht unn donn noo Fronkraysch gelivatt gricht. Ze eacht hon Ich mich Gewunnad awa don hadda ma éakléad das die roussiche Fraue mit winich gäld auskoume unn de gonze daa in de Kich Schaffe…

Do is mia aah E licht Ufgong… So schlecht is das alles jo nit. Das muss ma sich doch e mool vorschtelle : E frau di noch nit e mool ondwoadd gebt wemma ebbes saat !

Äni di nit de gonze Dah bei de Freyndine sitz unn Kaffé trinkt, unn die em sogar noch die Schuh wiggst wemma mool luschd hat in die Wirtschafft ze gehn !

Om libschdde dät Ich ma a so E kadaloohr bestelle Ich honn awa nur ongschd das meines do nit so richdich inveschdonn wär !

Na Ja, liewe Noschtalgia lèsa, spass muss jo aa sinn… Hauptsach es werd widda waam un’s head uff se Schnéje…

De näkschdde Friling kummt beschtimmt ! De Clémau

Comme promis, voici la traduction (succincte) de cette prose en 'Platt' schoeneckois...

L’hiver est bientôt fini et, dans mon jardin, on voit déjà, sous les mauvaises herbes, poindre les premières fleurs…

Le carnaval est également terminé mais il y en a encore quelques-uns qui traînent par chez moi avec les cheveux joliment teints…

Probablement de la teinture qui ne s’enlève pas ou bien ils le font exprès pour qu’on les aperçoive mieux lorsqu’ils traversent la route quand les voitures roulent comme des bolides…

Il y a quelques jours on a même eu droit à un camion qui a foncé dans un mur à Schoeneck, heureusement les deux passagers n’ont été que légèrement blessés…

Ça aurait pu finir très mal… C’est un sujet de discussion ces voitures qui roulent trop vite chez nous dans la rue. Olivier, notre élu municipal nous a promis qu’ils allaient prendre des mesures. Peut-être qu’on fera à Schoeneck comme à Paris, on n’aura plus le droit du tout de rouler en voiture dans certaines rues ou alors il faudra payer comme à Rome si on veut rouler en voiture en ville… Attendons la suite…

Maintenant les anglais ont des problèmes avec Poutine, le nouveau président russe.

Ils n’avaient pas encore voté qu’il était déjà élu. Un tel système n’est finalement pas si mauvais, on économise beaucoup d’argent et les élections ne durent pas si longtemps.

On l’adoptera peut-être également chez nous et ainsi on pourra garder Macron pendant 18 ans, ce qui ne serait pas si mal, il aura enfin l’âge de sa femme !

A propos de belles femmes, j’ai un copain qui est ces derniers temps si souvent connecté sur le Web que j’ai eu peur qu’il disjoncte… Il s’est même commandé un catalogue avec des femmes russes, un catalogue où l’on peut s’en choisir une et se la faire livrer en France. J’ai d’abord été surpris mais, lorsqu’il m’a expliqué que les femmes russes n’étaient pas dépensières et travaillaient toute la journée dans la cuisine, j’ai eu un déclic…

Finalement c’est pas si mal que ça. Imaginez un instant : une femme qui ne répond pas lorsqu’on lui dit quelque chose, qui n’est pas toute la journée chez les copines à boire le café et qui vous cire même les chaussures lorsque vous avez envie d’aller au bistro !

Sur le moment, j’avais bien envie de me commander aussi un catalogue mais je crains que la mienne ne soit pas vraiment d’accord !

Voilà, chers lecteurs de Nostalgia, faut bien plaisanter de temps en temps, le principal c’est qu’il fasse à nouveau un peu plus chaud et qu’il arrête de neiger.

Le prochain printemps arrivera certainement ! 

 

April 2018

Wemma’s rischdisch iwalét donn is es leewe doch koomisch unn nit imma wimma sich’s foaschtelt…

Bay unns zum bayschbihl, wemma bis jetz in férie gefaa sinn homma imma de Audobuss geholl.

Das is imma gudd gong unn waa a nit so daya. Uff jede fall ware ma imma sefridde…

Do hat jo zelétscht may beschdi Fraa summa gesaat : Ay glabschde donn nit das ma mol middem Zuuhr fahre kinde ?

Das iss jo soo gemitlich unn Ich wär jo soo gear E mol middem Tégévé gefahr…

Na ja, warum don nit honn Ich gesaat, Ei wo dèdschdde don gear hinfahre ?

Ay mir ware doch soo long nimmé in Pariss, do kindde ma jo vun Fouabar direkt de Tégévé holle unn in onnatalb schdunn wäre ma schunn in Pariss…

Na ja, wenn Ich nee soon do gebs wilayscht ballawa also honn Ich liwa nix gesaat unn honn mich sofoat on may Kompiudda gesitzt, honn E hoddel fa 3 daa résaviadd unn bin nohea noch schnell uff de Fuabarra Boonhoff gefaa fa zwei aller-retour Tégévé billets fa noo Pariss ze kaafe…

Gonz billisch ware se grad nit, awa middem rabatt weil ma jo schunn ball 70 sinn ware se so donn schlisslisch doch E bissie billischa wie E neies Auddo.

Maynes wa soo froh, dasses dray daa long noua Parisa lieder gesung hat…

Sous les ponts de Paris, J’aime Paris au mois de mai, Il est 5 heures Paris s’éveille unn laudda so fronsésische dinga…

Sie singt jo nit schlecht awa um éalisch se sinn, ich waa trodzdem so rischdisch froh das ma ball wegfahre…

bus1.jpg

 

E paa daa spädda homma unsere koffa gepackt unn E kumbel hat uns donn onn de Fouabarra Boonhoff gefaah.

Wie ma dort onkum sinn war alles so scheen ruhisch unn Ich honn misse schdaune das soo winisch laid doat ware… Mia sinn doch nitt die änsiche wo hait no Pariss fahre odda ?

Ich honn jo a nit gewusst uff wasfarem Gläs de Zuurh noh Pariss abfaat also hon ich so e nettes mädsche mimme rodde Iagge wo SNCF (*) druff geschdonn hat gefroot.

Das liewe ding hat gelacht unn hat ma gesaat das die Boohn schtraikt unn das ma hait vorm Boonhoff in E Audobuss schtaye misse dea uns donn noo Paris faat…

Ich hät mich jo ball dodgelacht wenn meines nit debay gewähn wär… Doo fahre ma fa ä mohl middem Zuurh in oualab unn misse schuwidda middem Audobuss fahre !

Die Räss war im grosse gonze scheen, E bissie dayera unn longsomma wie sunscht, awa mim Zuuhr simma bis jetz imma noch nit gefah.

Uffem hemwäsch honnse imma noch geschtreikt unn ma honn donn A widda mim Audobuss fahre misse !

Komisch... Seit dem hat mei fraa a nix mé von Zuuhrfahre gesaad…

Unn Ich sowiso nitt, sunscht héts waascheinlich ballawa geen unn das muss jo nit sinn, ess läwe is jo soo schunn zimlich komplitziat…

Enns iss uff jedefall sicha, beim näckschdde Oualab farre ma mim Audobuss...

Wemma glick hon donn schtraygge die unn ma misse villaycht in E Zuuhr umschdaye donn kinde ma endlich E mool mim dem Tégévé fahre !

Friya hat May Oma imma gesaad : Wo E wille iss, iss E wäsch ! Domols hat's jo a noch kenn schtraik bei de Tégévé fahra genn...

Soo,  Liewe läsa das wär’s voalayvisch… Blaywe gesund unn munda unn vegesse nit jéde Daa Nostalgia se läse.

Biss ball !

 

(*) Savoir Nous Calmer Facilement ?

 

Et, comme promis, pour les 'non-plattophones', voici la traduction non-littérale de ce récit totalement fictif :

Si on réfléchit bien, la vie est tout de même bizarre et pas toujours telle qu’on l’imagine…

Chez nous par exemple, lorsqu’on partait en vacances on prenait toujours l’autobus. 

Ça marchait très bien, ce n’était pas trop cher et on a toujours été satisfait.

Dernièrement la meilleure de mes épouses m’a dit : Tu ne penses pas qu’on pourrait pour une fois partir en train ? C’est tellement confortable et j’aurais tant aimé rouler une fois avec le TGV…

Pourquoi pas ai-je répondu, mais où aimerais tu aller ?

Ca fait tellement longtemps qu’on n’a pas été à Paris, on pourrait prendre directement le TGV à Forbach et, en une heure et demie on serait à Paris…

Bon, si je dis non on va peut-être s’engueuler alors j’ai préféré ne rien dire, je me suis assis devant mon PC pour réserver 3 nuits d’hôtel et je suis parti dans la foulée à la gare de Forbach acheter 2 billets aller-retour en TGV pour Paris.

Les billets n’étaient pas vraiment bon marché, mais grâce aux remises accordées parce qu’on avait presque 70 ans ils ont finalement coûté un peu moins cher qu’une nouvelle voiture.

Ma moitié était si contente qu’elle n’a chanté que des chansons parlant de Paris pendant 3 jours : Sous les ponts de Paris, J’aime Paris au mois de mai, Il est 5 heures Paris s’éveille et plein d’autres trucs en français…

Franchement, c’est pas qu’elle chante mal, mais j’étais tout de même content qu’on parte rapidement… Quelques jours plus tard nous avons fait nos valises puis un pote nous a ramené à la gare de Forbach.

Arrivé sur place j’ai était étonné de voir que tout semblait tranquille et qu’il y avait si peu de gens dans la gare… On n’était quand-même pas les seuls à partir pour Paris non ?

Comme je ne savais pas sur quel quai partait le train j’ai posé la question à une jeune demoiselle vêtu d’un blouson rouge au dos duquel était écrit SNCF…

La gentille demoiselle m’a expliqué en souriant qu’il y avait grève et qu’on allait partir de la gare avec un autobus qui nous conduirait jusqu’à Paris…

J’aurais éclaté de rire si ma femme n’était pas avec moi… Pour une fois qu’on part en vacances en train, on est à nouveau obligés de prendre l’autobus !

Globalement le voyage était agréable, il était un peu plus cher et a duré un peu plus longtemps que d’habitude mais on n’a toujours pas eu le plaisir de rouler en train car sur le chemin du retour, il y avait à nouveau grève et on a encore dû reprendre l’autobus !

C’est bizarre… Depuis ce jour,  ma femme ne parle plus de voyage en train…  

Moi non plus d’ailleurs sinon on se serait peut-être engueulé, et ça, ce n’est pas nécessaire, la vie est déjà assez compliquée comme ça…

Une chose est sûre, la prochaine fois qu’on part en vacances on prendra l’autobus et, avec un peu de chance, si ces derniers sont en grève, on nous embarquera dans un train et on le fera finalement quand-même ce voyage en TGV… A bientôt ! 

 

Maï 2018

Bei uns in Fronkraich wead’s imma scheena… Es letschtt honn ich on de télé gesihn wie die Politsaï in Notre Dames des Landes E mohl uff geraymt hat…

Die hohn do sogga middeme Bulldoza unn mit schweere maschine so ziemlich alles gabutt geschlah.

Die lait die dort schunn E paa joah erumm fouawéagge soon das se Baouare wäre die awa mache wolle wiss ihne passt ohne schdayere se betzale unn ohne onngemèlt sinn…

Wemma se soo siht, glabt ma éya das die noch nittemol Wassa fa sich se wésche honn.

Wenn Ich rischdisch iwaléye, waa Ich jo aah mol E ‘Zadist’. Das iss awa schunn long hèa !

Domols als Kind homma aah so komische Kabeissya im wald gebaut, mit alde bredda unn näjel die Ich bei maym Vadda geklaut honn… Nua unsere Kabeissya ware scheena unn die Politsaï hat se nit brauche gabutt se mache. Ich glaab das die hoorische wo dort duannenna marre kenn cabanes honn diaffe baoue wie se Kinna ware. Die holle das jetz schaynbba alles noo unn schbille im wald wie mia frija vemma Blek le roc gäh die änglenna odda gäh die indioona geschbild honn…  

Ich honn gesinn das se sogga schleidda hohn fa uff die bése Politsischdde se schisse !

Die homia ah selwa gebaut unn honn demmit Schttän uff die Féschel geschoss unn monschmohl sogaa uff die Kumbelle… Na ja, mir ware domols  nua 10 oder 11 Joah alt unn es iss bei unss jo ah kenn Fluhrplatss gebaout woa !

 

zad.jpg

Wemma schunn vunn de Télé schwätze, Ich hohn voa E paa Daa mool de Prix Eurovision de la Chanson om télé geluht… Es letschdde mohl wo Ich die sendung gessinn honn das war 1977 wonn die Mary Myriam mit dem scheene lied ‘Comme un oiseau’ gewunn hat…

Ich hohn die Télé E Bissie spät ongemach unn hohn seéascht gemènt dass Ich de falsche senda ingeschallt hohn… Do hat jo so E komisches Waib mit Tsiaguss Klädda wie E huhn geggoggelt unn so komische grimasse gemarr. Ob na’s glawe oda nit, die hatt sogga gewunn un das was se geggogelt hat, das wah E Lied !!

Ich wäs jo nit ob so ebbes gudd fa die Frauegleichbereschdischung iss (das iss awa E longes woat !) awa fa die Musik uff jédefall nit… Ich vekaaffe jetz may Télé !

So liewe Nostalgia Lèsa, Ich muss jetz uff de ‘Bon coin’ gehn (Nit dea wo E roll Papia hängt, dea im Intteanet wo ma alles vekaaffe konn!) fa die annonce se schreiwe…

Bleiwe gesund unn luhe nit sewiel Télé ! Bis zum näkschdde moohl… Aya Clémau.

tele.jpg

 

Et, comme promis, voici la traduction (non littérale) du billet du mois de mai :. 

Mai 2018

Ici en France c’est de mieux en mieux… Dernièrement j’ai vu à la télé la police faire le ménage à Notre dame des Landes. Ils ont à peu près tout démoli à l’aide de Bulldozer et de grosses machines de chantier. Les personnes qui occupent l’endroit disent qu’ils sont des paysans qui ne veulent en faire qu’à leur guise, sans payer d’impôts et sans déclarer leur activité… A vrai dire, j’ai l’impression qu’ils n’ont même pas d’eau pour se laver…

En réfléchissant, je crois que j’ai moi-même étai ‘Zadiste’ mais ça remonte à il y a longtemps.

Lorsque nous étions enfants, nous construisions également des cabanes bizarres à l’aide de vieilles planches et de clous que je volais chez mon père. Seulement, nos cabanes étaient plus jolies et la police n’avait pas besoin de venir les détruire !

Je pense que les chevelus qui sont en train de mettre la pagaille là-bas n’ont pas eu le droit de le faire durant leur enfance et ils rattrapent leur frustration maintenant en jouant dans la forêt comme nous le faisions lorsqu’on jouait à Blek le Roc combattant les anglais ou les indiens…

J’ai vu qu’ils avaient également des lance-pierres pour tirer sur les méchants policiers. Nous avions également des lance-pierres avec lesquels on tirait sur les oiseaux ou parfois sur les copains, mais bon, on n’avait que 10 ou 11 ans et chez nous il n’était pas question de construire d’aéroport…

Si déjà nous parlons de télé, j’ai regardé il y a quelques jours le Prix Eurovision de la chanson.

La dernière fois que j’avais regardé cette émission, c’était en 1977 lorsque Mary Myriam avait gagné en chantant sa belle chanson ‘Comme un oiseau’…

J’avais allumé la télé un peu tard, et j’ai d’abord cru que je m’étais trompé de chaîne.

Il y avait une drôle de gonzesse, habillée d’un costume de cirque, qui caquetait comme une poule en faisant des grimaces bizarres…

Vous le croirez ou non, elle a fini par gagner et ce qu’elle caquetait c’était vraiment une chanson !

Je ne sais pas si elle a rendu service à la cause féministe, mais ce qui est sûr, c’est qu’elle n’a pas rendu service à la musique, je vais d’ailleurs mettre mon téléviseur en vente !

Voilà chers lecteurs de Nostalgia, je dois aller maintenant sur ‘le bon coin’ (pas celui où est accroché un rouleau de papier, mais celui sur Internet où on peut tout vendre) pour écrire mon annonce…

Portez-vous bien et ne regardez pas trop la télé ! A la prochaine, votre Clément.

 

Juni 2018

Mir dunn jetz may naye Foussballschou so longsomm weh…

Mei Enggelkind, dea kleene William, na ja, soo kleen is a animmé, er werd jo ball 14, is Doamonn in Kleenrosselle. In Scheenegge schbillda nimmé, die honn nit genung schbiller in saynem älda gehat fa E monschaft sezoome se schdelle.

Damidda tränirre konn, willa imma das Ich middem schbille. Do honn Ich ma halt E Paa Rodde foussbalschu kaaf. Weil Ich jo nit Nee soon konn geh Ich halt Oweds, wen nix on de télé is, imma middem in unsa Wiess, Foussball schbille. Ea schdett im doa, unn Ich schiesse donn die élef mädda. Wemma do so E guddi schdunn geschbillt honn do honn Ich das geffill das ma ball die Viss abfalle... So richdich schpoatlich wa Ich jo noch Nie, awa jetz, im hohe äldda bin Ich’s beschdimt noch viel winicha…

Unn jetz gehts a noch mit dea Coupe du monde loss… De gonze Daa heat ma nua noch wum Fussball… Les Bleus sin im Flischa, les Bleus tringge Kaffé, les Bleus honn sich omm fuss wé gedonn, les Bleus sin in Russlond onkumm, les Bleus sin im audobus, les Bleus schdaye aussem audobuss, les Bleus honn gebroodene krumbierre guess…

Ich konn’s ball nimmé heere ! Wemma bedenkt das die jede monatt millione vediene unn das ma de pensionnea CSG vom Ihra kleena penzion absiht, do schtimmt doch ebbes nimmé in unserem fronkraych…

vieux joueur.jpg

 

 

In der tzait wo die de gonze Daa wumm foussball schwetze héat ma doch nimmé viel vunn de rischdische probléme wo ma iverall honn. 

Foa E paa Daa homma jo ball Krisch kritt midde Iddaliéna ! Do hat unsa Macroné mol widda klickgehat, es hétt nit viel gefäld donn wèa denne Ia naya Présidentt no Fronkreich kumm unn hédemm èni uff de deggel gehau… Tzum glick sinsse widda änich unn schwätsse widda middenonna.

In dea selb tzeit is de Drumb bei dea Noad Koréoonische Subbamon gefloh unn hat mit dem Kaffé getrunk.

Woa E paa woure haddane noch mit seinem digge Atomknopp wille in die luft sprenge !

Wer soll donn noch das alles Feschdeen ?

Ich homma inzwische widda E télé kaaf, unn honn das spiel vunn de « monschaft » geh die kleene schnelle Koréoonner onngeluht (nit die wo de Drumb waa, die ohnnere) !

Ich hon mich fascht doot gelacht ! Féatich, aus, schluss… Die simma schumohl loss...

Ich binnemohl gesponnt wie long unsere Bleu's noch aushalle !

Awa Ich Glaab, wenns so weidda geht mit nua Foussball unn polidik, donn fekaff ich das ding widda… Jetz honnisch so lonsomm die noos voll !

So liewe Noschtalschia leesa, Ich mutz jetz may fiess in kaldes wassa schdegge,

Ich glaab Ich homma zu kleene Foussballschu kaaf odda may fiess sinn ewe se dick fa noamale fussballschuh…

 

Et voici, comme promis, la traduction française de ce récit Footbalistique...

Juin 2018

Mes nouvelles chaussures de Foot commencent tout doucement à me faire mal…

Mon petit-fils, le petit William, enfin il n’est plus si petit que ça, il va avoir 14 ans, est gardien de but à Petite-Rosselle. Il ne joue plus à Schoeneck car il n’y avait plus assez de jeunes de son âge pour former une équipe.

Pour qu'il puisse s’entraîner, il veut toujours que je joue avec lui alors je me suis acheté une paire de chaussures de Foot rouges. Comme je n’arrive pas à dire non, je vais, le soir lorsqu’il n’y a rien à la télé, jouer dans notre pré avec lui. Il est dans les buts et moi je lui tire des pénaltys. Lorsqu’on a joué à peu près une heure, j’ai l’impression que mes pieds vont bientôt se détacher de mes jambes. Je n’ai jamais vraiment été sportif et, à mon âge avancé je le suis certainement encore moins !

Et voilà que ça démarre avec la coupe du monde. Toute la journée on n’entend parler que de Foot… Les bleus sont dans l’avion, les bleus boivent le café, les bleus se sont fait mal aux pieds, les bleus sont arrivés en Russie, les bleus sont dans l’autobus, les bleus sortent de l’autobus, les bleus ont mangés des pommes de terre rôties… Je n’en peux plus !

Quand je pense qu’ils gagnent des millions et qu’on retire de la CSG sur les petites pensions des retraités, il y a tout de même quelque chose qui cloche dans notre France…

Pendant qu’on parle toute la journée de Foot, on n’entend pas grand-chose de nos véritables problèmes. Il y a quelques jours, on a failli déclencher la guerre avec les italiens.

Notre Macroné a eu de la chance, il ne manquait pas grand-chose et le nouveau président italien venait pour lui en coller une… Heureusement, ils se sont réconciliés et se parlent à nouveau…

Au même moment, Trump est allé rendre visite au Superman nord-coréen pour boire le café alors que quelques semaines plus tôt, il menaçait de le faire sauter à l’aide de son gros bouton atomique. Allez y comprendre quelque chose !

Entre temps, je me suis racheté une télé et j’ai regardé le match entre la « Manschafft » et les petits et rapides coréens… J’en suis presque mort de rire, fini, terminé, circulez, y’a plus rien à voir… Ceux-là, on en est débarrassé !

Mais si ça continue avec le Foot et la politique, je crois que je vais à nouveau revendre ma télé, car là, je commence à en avoir vraiment ras le bol !

Voilà, chers amis lecteurs de Nostalgia, il faut maintenant que je trempe mes pieds dans une cuvette d’eau froide, je crois que j’ai acheté des chaussures de Foot trop petites ou bien mes pieds sont vraiment trop gros pour des chaussures de taille normale…

 

 

Autres pages locales 

Petite histoire de la Lorraine

Expressions en Platt 

Recettes de cuisine en Platt 

Récits & ouvrages en Platt 

Proverbes, dictons & chansons en Platt

  

Ces pages devraient également vous intéresser :

Clément Keller : récits & souvenirs

Clément Keller : le CD Anthologie

BD des années 50-60

La Mine

Nos ami(e)s racontent

Je vous parle d’un temps

Nos années 60

Parlez-nous de vous

Programme TV & Humour

Tous les diaporamas Nostalgia 

 



25/02/2018
165 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 99 autres membres