NOSTALGIA, le blog qui fait oublier les tracas...

NOSTALGIA, le blog qui fait oublier les tracas...

Clément Keller : Le retour des Brabeks (11)

https://static.blog4ever.com/2016/02/814449/artfichier_814449_6365168_201610211734604.jpgabarrevert.jpgNous sommes (toujours et encore !) en 2064 et des brouettes.  

Le monde a bien changé et une équipe composée de savants, de techniciens et de personnages hors du commun a été mise sur pied pour partir à bord du vaisseau C-DLADOB vers les confins de notre galaxie afin de retrouver les traces d'origine de la civilisation humaine localisée sur la planète Manflou. 

Le but de cette expédition, sponsorisée par le groupe Nauss-Talgia, leader incontesté du Blog tridimensionnel L.R.E.M. (Lassant, Ringard, Enervant & Mytho), consiste à récupérer les gènes d'origine de l'espèce humaine afin de les réimplanter dans l'ADN des dirigeants de notre planète pour leur redonner sagesse, intelligence et un sens aigu de la réflexion. Bref, une mission que l'on pourrait d'ores et déjà qualifier d'impossible. C. Keller

 

 Remarque importante : si vous ne lisez pas les épisodes précédents, vous risquez de ne rien comprendre du tout à ce récit plein de rebondissements. 

 

https://static.blog4ever.com/2016/02/814449/artfichier_814449_7967631_201811244441318.jpg

 

EPISODE 1 - EPISODE 2 - EPISODE 3 - EPISODE 4 - EPISODE 5 - EPISODE 6 - EPISODE 7

EPISODE 8 -  EPISODE 9 -  EPISODE 10 - EPISODE 12 - EPISODE 13 - EPISODE 14 - EPISODE 15

 

https://static.blog4ever.com/2016/02/814449/artfichier_814449_7967631_201811244441318.jpg

 

Au moment même où Bloc le Rek poussait la porte de la cabine de téléportation, Yves Abyen, vêtu de sa robe en organza rose, un sac Golce et Dabanna à la main, quittait sa chambre d’Hôtel du Grand Hyatt de Berlin pour se diriger vers l’ancienne Porte de Brandebourg, (rebaptisée Porte Mélanchouille (1) lors de la journée internationale des 127 adhérents de la gauche prolétaire réunie) devant laquelle allait se dérouler une partie du défilé de mode auquel il allait participer.

Quelques minutes plus tard, après avoir longé le Potsdamer Platz, Yves Abyen arriva au carrefour de la Ebertstrasse, cette belle avenue qui donnait directement sur la Porte Mélanchouille…

C’est exactement à cet endroit, sur le trottoir à côté du parc public, à quelques pas de  la statue de Goethe, qu’un chien de race indéterminée et apparemment perdu, leva soudain son museau, renifla, tourna la tête, aperçut la robe rose, se leva et se mit à suivre Yves Abyen…

 

Yvesrose.jpg

 

Ce dernier accéléra légèrement le pas mais l’animal ne le lâcha pas d’une semelle…

Yves essaya de courir, mais ses hauts talons et sa robe l’empêchèrent de retrouver sa foulée légendaire de sportif du dimanche, cette foulée légère et régulière qui faisait tant d'envieux lorsqu'il courait le matin bien souvent avant l'aube dans les forêts environnantes...

Finalement, au bout d'une centaine de mètres, les chevilles douloureusement meurtries et presque à court de souffle, il se retourna et vit que le chien était toujours à ses trousses…

Yves Abyen avait toujours rêvé de posséder un animal de compagnie, mais son travail à bord du vaisseau C-DLADOB lui laissait peu de temps libre. Il avait repoussé cette éventualité à plus tard, lorsqu’il prendrait sa retraite de spationaute et qu’il vivrait dans le coquet pavillon qu’il avait fait construire dans le lotissement de Cheu-Neck (2), pas loin du centre de contrôle spatial et à quelques centaines de mètres seulement de l'éolienne sylvico-ravageuse géante.

Yves s’arrêta et l’animal s'approcha lentement, le renifla plusieurs fois craintivement puis se frotta longuement contre ses jambes bronzées et musclées…

T’as l’air d’être un gentil chien toi ! Lui dit-il en caressant le museau de l’animal qui le regardait d’un air triste…

T’as pas de maître ? T’es abandonné ? Pour seule réponse, le chien émit un petit aboiement plaintif qui fit fondre le cœur d’artichaut d’Yves…

Tu veux venir avec moi ? Je vais t’adopter et on fera la route ensemble

Aussitôt dit, aussitôt fait. Yves détacha la ceinture de sa robe et en confectionna une laisse qu’il mit autour du cou de l’animal qui maintenant lui léchait affectueusement la main…

Je vais t’appeler Klébard et on deviendra des potes inséparables à partir de maintenant !

Entre-temps, une foule de curieux s’était assemblé autour d’eux et les commentaires fusaient…

C’est une vedette de cinéma ? Non une gentille membre de la SPANon, je pense plutôt que c'est un acteur de télé réalité ! Des touristes russes coiffés de chapkas colorées lui demandèrent des autographes et un jeune gardien de la cohérence civique voulut même faire un Selfie3D (3) avec lui… Yves se plia aimablement aux demandes des uns et des autres, fit de nombreuses photos en tenant Klébard dans ses bras puis, après une dernière caresse à son nouveau compagnon, se releva, empoigna la laisse improvisée et consulta sa montre.

Il était tard et il devait se dépêcher s’il ne voulait pas rater l’ouverture du défilé…

 

* * * * * * * *

 

Dans la cabine de téléportation du vaisseau spatial, Bloc le Rek avait pris place sur le siège et compulsait avec attention la tablette holographique qui servait de mode d’emploi au système. Le guide était subdivisé en 3 parties et Bloc suivit scrupuleusement les directives…

- Ça n’a pas pas l’air bien compliqué tout ça… Voyons : Phase 1, connexion et choix de la destination, Phase 2, Début du transfert, Phase 3, Arrivée à l’endroit choisi et déconnexion…

Il ne fallut que quelques petites minutes à Blok pour assimiler le fonctionnement du système. Tout en lisant le tuto, ses doigts tapotaient le clavier sensitif du tableau de commande…

Voilà, nous y sommes, je crois que je vais me payer quelques jours de vacances au frais de la princesse !   

La porte de la cabine se referma dans un chuintement et le laser de dématérialisation se mit en mouvement pour scanner la massive silhouette de Bloc. La décomposition moléculaire ne dura que quelques secondes et c’est dans l’Ontario, en rase campagne, au nord du lac doré dans l’ancienne Mapleside Sugar Bush que le corps de Bloc se reconstitua dans un bourdonnement  melliflueux… Lorsque la porte s’ouvrit, Bloc se retrouva au centre d’une cabane à sucre canadienne dans laquelle se déroulait une fête populaire touristique identique à celles qu’on y donnait encore au début du XXIème siècle…

 

 

Vêtu de son gilet en peau et de sa toque de castor, Bloc faisait tellement « couleur locale » que personne ne lui prêta attention lorsqu’il sortit de la cabine.

Seule une légère auréole d’électricité statique résiduelle qui s’estompa rapidement aurait pu attirer le regard d’un observateur attentif mais, depuis que cette cabine de transfert avait été installée dans la cabane, les propriétaires des lieux et la clientèle habituelle avaient pris l’habitude de voir défiler des « téléportés » de tous les coins du monde et plus rien ne les étonnait…

Bloc avait pris place à l’une des longues tables, leva la main pour appeler un des serveurs et commanda sans hésiter un « Caribou », cette boisson traditionnellement consommée au Canada lors du Carnaval de Québec, du Festival du voyageur au Manitoba ainsi qu’à la grande fête de la galette de sarrasin de Louiseville.

La vie est belle se dit-il en tapant dans ses mains au rythme de la musique… Je crois que j’ai fait le bon choix et l’ambiance ici va me faire oublier pendant quelques temps le boulot et les inepties quotidiennes à bord du C-DLADOB…

 

* * * * * * * * * * 

 

Pendant que Bloc prenait du bon temps au Canada en s'entrainant à jouer aux cuillères musicales avec les autochtones, Chang-Tal et Ted Oupty avaient regagné leur cabine à bord du vaisseau spatial. La journée avait était rude et Chang-Tal s’affala, exténuée, dans son fauteuil préféré.

Elle ferma pendant un instant ses yeux, respira profondément puis saisit dans un geste élégant, sur l’étagère à livres son ouvrage préféré, une édition rare reliée en peau de zébu des 837 nuances du Kamou Satra (édition 2061) (4).

Ted Oupty qui l’observait du coin de l’œil s’approcha d’elle, posa un baiser furtif sur son genou gauche et chuchota :

On va faire de la lecture ma petite gimblette gymnophore…  

Oui mon abutyrotomofilogène basané, enlève tes bottines à talonnettes, mets tes lunettes et viens près de moi, on va relire ensemble la page 137, celle qui décrit si bien la position de la crépinette jubilatoire (5)

Ted ne se fit pas prier car il adorait faire la lecture en compagnie de sa bien-aimée. Il délaça en un éclair ses bottines à talons compensés, les posa soigneusement à côté de sa table d'élongation (6), prit son élan et sauta avec la grâce d'un félin attaquant une gazelle sur les genoux de sa dulcinée… A suivre.

 

(1) Giovanni Luciano Mélanchouille était un politicien très connu au début du XXIème siècle qui se reconvertit après une septième défaite électorale en fabricant de pâtes alimentaires. Il garda néanmoins son patronyme pour l'intégrer dans le slogan publicitaire de ses pâtes : 

Chouette maman, des Mélanchouilles, c'est meilleur qu'une simple nouille ! 

 

(2) Scheu-Neck est un village de l'est de la province France où se trouve le centre de contrôle de la flotte des vaisseaux du conglomérat C-DLADOB. Anciennement, ce village haut en couleurs était habité par une peuplade primitive, les Schénégga Fôtza qui s'étaient mobilisés sans succès vers 2020 contre l'implantation, dans la proche Merklerie d'une méga-éolienne de dimensions pharaoniquesPour consulter les archives de l'époque, cliquez ICI

 

(3) Les gardiens de la cohérence civique ont remplacé les anciens policiers après la grande réforme du statu quo mis en place par la Droite Sinusoïdale Transitive (D.S.T.) dirigée par le ministre de l'intérieur, de l'extérieur, d'en haut et d'en bas, le nain Darma. Le selfie 3D a été démocratisé vers 2030 sous le règne de Macronus II et connut son apogée vers 2060 lors de l'invasion de l'Atoll de Tokelo par les troupes armées inuites.

 

(4) Cette édition parut tout d'abord dans la collection La Pleiade avant le rachat des droits d'auteurs par le magnat des éditions littéraires Bigard-Dunaur, un humoriste débridé qui avait envisagé de se présenter aux élections présidentielles françaises dans les années 2020 avant J.C. (Jean Castex).

 

(5) Contrairement à la scapulette asynchrone (7), la crépinette jubilatoire ne nécessite pour seuls accessoires qu'un chausse pied (si possible en corne de buffle), une varlope ainsi qu'un riflard à corroyage. 

 

(6) Lire impérativement l'épisode N°8 en cliquant ICI

 

(7) Et puis quoi encore ? Vous voulez des photos ?

 

  https://static.blog4ever.com/2016/02/814449/artfichier_814449_8769488_202010011320432.jpg

 

Ces pages devraient également vous intéresser :

 

Extraits de l'ouvrage "Les couleurs du passé" Tome 2 dans Clément Keller - Récits 

La Ferme de Schoeneck années 50-60 

Les récits envoyés par nos ami(e)s dans Nos ami(e)s racontent... 

Initiatives citoyennes 

Les catastrophes minières dans le bassin houiller lorrain 

Ecole primaire de Schoeneck 

La Boutique en ligne Nostalgia dans Humour - TV 

Expressions en Platt 

Des plus récentes au plus anciennes... dans Dernières mises à jour 

Bienvenue dans le livre d'or Nostalgia ! 

Anthologie, un voyage musical dans le temps dans Anthologie-Blues du charbon 

La Lorraine et le Platt dans Menu culture régionale 

Clément Keller : sous le signe du poisson 

Clément Keller : Schoeneck, le beau coin (11) 

Schoeneck de A à Z (Cliquez sur la rubrique choisie) dans Schoeneck de A à Z 

La Halte Schoeneck et la cité du Bruch à Forbach 

Blek le Roc - Miki dans Blek le roc - Miki 

Em Clémau Sei Footzegge 

Souvenirs du bassin houiller... dans Menu général 

Schoeneck autrefois... 

Que les moins de 20 ans... dans Je vous parle d'un temps...

 

Les derniers commentaires de nos visiteurs :

 



22/05/2021
354 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 187 autres membres