NOSTALGIA, le Blog qui fait oublier les tracas...

NOSTALGIA, le Blog qui fait oublier les tracas...

Jean-Lucien Miksa : Retrouvailles au pays des lutteurs

Jeudi le 25 avril je reçois un appel téléphonique d'un vieil ami, Norbert Krause que j'ai rencontré pour la première fois en 1968 et revu une seule fois en 1986.

Il me demande si je venais au repas des anciens lutteurs qui aura lieu le dimanche qui suit, le 28 avril. J'ai répondu que j'allais faire tout mon possible pour être présent ce jour-là.

Je joins par Facebook notre ancien entraîneur Raymond Fullenwarth qui m'envoi vers Joseph Aronica, l'organisateur de ces retrouvailles (avec Patrick Schaeffer).

Joseph que je ne connaissais que de renom, m'avoue que le quota est atteint, mais sa générosité fera qu'il ajoutera une chaise à la tablée afin que je prenne part à la fête.

J'étais ravi.

Pendant les deux jours qui suivirent je n'ai fait que penser à cette ancienne équipe de Stiring-Wendel dont je faisais partie il y a déjà si longtemps, c'était fin 1969.

Je revoyais les autres membres de cette prestigieuse équipe et me remémorais les clubs contre lesquels nous disputions des combats. Il y avait au plus près Petite-Rosselle, Freyming-Merlebach et Sarreguemines. Un peu plus loin Maizières-lès-Metz, Hayange, Algrange.

Nous luttions aussi en championnat de Sarre en Allemagne en ligue B et puis en ligue A où nous fûmes champions deux années consécutives.

Les villes adverses qui me restent en mémoire sont, Sarrebruck Saar09, Guersweiler, Sankt Ingbert, Riegelsberg, Fürstenhausen, Heusweiler, Koelerbach et d'autres encore.

Je revoyais nos déplacements en championnats de Lorraine, de France, à l'étranger (Belgique, Luxembourg), bon sang tout était si clair comme si c'était hier.

Je mesurais l'énergie et la volonté qu'il fallait déployer pour gagner un combat.

A cette époque les tapis de luttes étaient encore de forme carrée, les combats duraient trois fois trois minutes sur le tapis, le temps passé en dehors du tapis n'était pas compté, certains combats duraient non pas neuf mais jusqu'à vingt minutes.

Il était interdit de boire de l'eau pendant les combats, parfois l'entraîneur mouillait discrètement notre serviette pour nous humidifier les lèvres.

Quelles belles souffrances ! Je revoyais la solidarité du groupe, tant aux entraînements que le jour des combats, nous ne formions qu'un seul homme, tous derrière celui qui était sur le tapis. Mon Dieu, comment cela était-il possible ?

Et quelles belles rigolades après les rencontres, les chants que nous avaient appris Monsieur Wolf, la fierté de notre président Houllé ancien champion de France, tous ces souvenirs rendaient mon attente pénible, j'avais hâte de retrouver ces amis avec lesquels nous chantions une vieille chanson de lutte en allemand : Ringer du alleine, du allein sollst meine freude sein (lutteur toi seul, toi seul doit être ma joie)…

Enfin le dimanche arrive, je prends mon véhicule et vais vers Henriville au restaurant Fayel. J'entre dans la salle et vois des personnes que je reconnais, le temps a façonné les visages mais les traits et les expressions de chacun n'ont pas changé. Je les salue et constate avec bonheur la joie qui s'exprime à chaque poignée de mains.

Au fil des minutes qui passaient d'autres lutteurs arrivent et une franche pagaille gagne les lieux. Les accolades se suivent et les rires fusent de toute part.

L'organisateur a beaucoup de mal à faire asseoir les lutteurs autour de la table et ce fut l'instant solennel ou ce dernier prit la parole pour remercier chacun d'avoir fait le déplacement. Il demande d'observer une minute de silence en mémoire des amis disparus au cours de ces dernières années.

Pendant l'apéro et tout le repas les discussions furent nombreuses, de petits groupes se formaient entre les plats pendant lesquels les souvenirs fusaient, les rires et une joie indescriptible. Nous étions tous pressés de raconter nos aventures et chacun a pu s'exprimer et a été écouté. C'est là que j'ai remarqué que chacun avait une bonne mémoire, mais que nous n'avions pas enregistrés les mêmes séquences et ce fut le jour de nombreuses découvertes. 

Je constatais que ces hommes, pour la plupart aujourd'hui sexagénaires et septuagénaires, étaient restés de vrais amoureux de ce noble sport, la lutte.

Tous ont mis les pieds sur un podium en championnat de Lorraine, certains sur celui de France, d'Europe, même du monde.

Il y avait des sélectionnés aux jeux olympiques, des sélectionnés aux équipes régionales et allemandes, quelle belle brochette de talents.

Les voir ainsi radieux, oubliant leurs tracasserie musculaires ou dorsales, était une vraie leçon de vie. A aucun moment je n'ai entendu de phrases négatives, de plaintes ou de regrets. Et pourtant les opérations d'hernies discales et autres séquelles physiques étaient en surnombre dans cette salle ce jour-là, mais rien ne le trahissait.

Le plus jeune avait 49 ans et le plus âgé en affichait 78 !

Beaucoup ont continué après leurs heures de gloire à transmettre leurs valeurs et savoir en devenant entraineur à leur tour, arbitres, d'autres en dirigeant des clubs de lutte, certains ont eu des responsabilités au sein de la Fédération Lorraine et Nationale de Lutte.

Belle reconnaissance à ces clubs perdus entre la France et l'Allemagne, comme titrait en son temps un journal parisien en parlant d'une manifestation de mineurs à Merlebach.

Les lutteurs de notre coin de France peuvent être fiers de leurs anciens, tout comme ces anciens sont fiers de ceux qui ont poursuivis leur histoire en les remplaçant sur les plus hautes marches des podiums. 

Ces hommes ont bien construit leur vie en dehors du sport, ce sport avec ses valeurs en a fait des mineurs, techniciens, ouvriers qualifiés, ingénieurs, chef d'entreprise et même commandant de gendarmerie. Aujourd'hui ils sont tous réunis autour d'un bon repas ou le tutoiement est de rigueur.

Notons que M. Cirk Waldemar ancien président du club de Sarreguemines a été un pilier dans l'organisation de la participation des clubs locaux pour évoluer en Sarre et a reçu la plus haute distinction de la Fédération Allemande à ce titre. Di Bartolo Vincent a été 4ème au championnat du monde, Di Lorenzo Carlo est encore de nos jours entraîneur au sein du réputé club allemand de Guersweiler. Empêché par ses responsabilités, M. Attardo Salvatore qui a été président de la Fédération Nationale de Lutte est aujourd'hui président de la Fédération du Grand-Est.

La lutte est une si vieille pratique dans nos clubs que certains ont combattus avant la création de la FFL (Fédération Française de Lutte) sous la coupe de la Fédération des Communistes.

Je ne peux citer le palmarès de chacun, mais beaucoup ont été plusieurs fois champions de Lorraine, de France et ont connus une brillante carrière au sein d'équipes allemandes.

Je remercier au nom de tous les participants nos amis Joseph Aronica et Patrick Schaeffer (tous deux multiples champions de France tout de même) qui a ont eu l'idée de ces retrouvailles et en ont été les valeureux organisateurs.

Merci à chacun d'être venu et avoir partagé ses souvenirs.

Merci également à Daniel Malnoury pour son talent de photographe, auteur des magnifiques photos de ces retrouvailles.

Merci aux propriétaires du restaurant Fayel de Henriville, tenu par Erwin Posselt et son épouse Lucienne, pour l'excellent repas servi d'une façon magistrale par le personnel qui avait en plus de notre tablée, à s'occuper d'un repas de baptême avec de nombreux convives.

En terminant d'écrire ces quelques lignes l'émotion me serre le cœur et j'adresse un chaleureux salut à tous ces camarades.

Joseph m'a annoncé en avant-première, que nos deux compères comptent remettre ça l'année prochaine en invitant les lutteurs de Metz et d'Allemagne.

Ils nous promettent de belles surprises pour ces deuxièmes retrouvailles.

Liste des participants (par ordre alphabétique) : Aronica Joseph, Beck Jean-Marc, Courbière Jean, Cirk Waldemar (et son épouse), Di Bartolo Aldo, Di Bartolo Vincent, Di Lorenzo Carlo, Durand René, Durand Pascal, Fath Louis, Fullenwarth Raymond, Hauguth Ralph, Hauguth René, Hundorf Marcel, Jopek Jean-Claude, Klosset Jacques, Kowarowski Didier, Krause Norbert, Malnoury Daniel (et son épouse), Mangin Jean-Pierre (et son épouse), Meiner Heini (et son épouse), Meiner Denise, Miksa Jean-Lucien, Romano Luigi, Nomane Hocine, Schaeffer Patrick, Zizi François. Trois anciens de Schoeneck dans cette liste : Raymond Fullenwarth (134 rue de la Frontière) Norbert Krause (103B rue du Coin) Jean-Lucien Miksa (132A rue de la Frontière).

Petites nouvelles sorties des "luttes news Grand Est n°58" :

- Yezza Marwane (Sarreguemines) termine 1er au tournoi international aux USA U20 lutte libre

- Luttenauer Emma (Sausheim) termine 1ère au tournoi international Gotham City New York U20 lutte libre féminine

- Sticker Quentin (Schiltigheim) termine 1er au tournoi international de Sarrebruck lutte libre

- Pour la troisième fois consécutive le comité régional du Grand Est devient le 1er comité de France (12 comités de région) grâce au travail exceptionnel des clubs

- Schiltigheim se classe 1er club de France, Sarreguemines 5ème, Maizières-les-Metz 9ème, Stiring-Wendel 13ème sur les 28 clubs du Grand Est

- Au tableau des médailles récoltées par les clubs, Schiltigheim est 1er avec 22 médailles, Sarreguemines 2ème avec 16 médailles et Stiring-Wendel se hisse à la 6ème place avec 5 médailles.

Ces résultats montrent que tant les dirigeants que les sportifs de notre région sont la preuve d'un enracinement du sport de la lutte au plus haut niveau.

 


 

dopage.jpg
 

 

Autres récits & reportages de Jean-Lucien Miksa 

Présentation : la mine 

Reportage en terrain minier 

Parlez-nous de vous 

Nos années 60 

La société des mineurs de Stiring-Wendel 

Voyage chez un ancien mineur de charbon 

Le mystère de Leipzig 

Commémoration de la catastrophe du puits Vouters 

Céréalité 

Les amis du puits saint Charles 

Une pelle surprise 

Commémoration de la catastrophe minière de Luisenthal 

Manfred Mertes, un talentueux maquettiste 

Jean-Lucien Miksa présente son livre À L’OMBRE DU CHARBON 

Mériter l’habit vert 

Le Schoeneckaland 

Commémoration de la catastrophe du Puits Simon 

Expo sur la mine au centre Leclerc de Betting  

 

Ces pages devraient également vous intéresser : 

Clément Keller : récits & souvenirs 

La future place du souvenir des anciens de la Ferme 

Clément Keller : le CD Anthologie 

BD des années 50-60 

La Mine 

Nos ami(e)s racontent 

Je vous parle d’un temps 

Nos années 60 

Parlez-nous de vous 

Programme TV & Humour 

Tous les diaporamas Nostalgia 

 

Schoeneck beau coin : autres récits 

Introduction 

5 Fruits & légumes 

Alléluia ! Il marche et il parle... 

Je vais ’recevoir’ une petite sœur 

A la découverte du monde 

Opa Adolphe - Mon premier vélo 

Être ou ne pas être... 

 

Autres pages locales 

Petite histoire de la Lorraine 

Expressions en Platt 

Recettes de cuisine en Platt 

Récits & ouvrages en Platt 

Proverbes, dictons & chansons en Platt 

 

Votez pour le Blog Nostalgia

Merci


06/05/2019
17 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 140 autres membres