NOSTALGIA, le blog qui fait oublier les tracas...

NOSTALGIA, le blog qui fait oublier les tracas...

J.L. Miksa : Les secrets du mystérieux voyage à Leipzig...

Préambule :
Comme vous ne le savez peut-être pas, notre ami JLM (Je Les Mystifie) est un fervent adepte de concours en tous genres.
Il a gagné dernièrement un voyage de remise en forme offert par le fabriquant de tisane à la camomille moldave Ceai Revigorant (en français : le thé excitant) grâce à son slogan ‘Avec Ceai Revigorant, c'est comme à 20 ans’.
Avant de partir pour ce séjour dans le centre de réanimation dynamique compensatoire de Slov’Yanoserbka (ville de la Transnistrie, point culminant du pays à 430 mètres d’altitude) il nous a fait parvenir ce récit reprenant en détail les points restés obscurs de mon dernier voyage à Leipzig.
Pour une meilleure compréhension et afin de préserver la vérité historique du récit, je me suis permis de l’illustrer avec quelques documents inédits. 
Dernier point : je ne suis pas sûr que cette tisane ne contienne que de la camomille ! 
Bonne lecture. Clément.
 
* * * * * * * * * * 

Lorsqu'il décide de partir quelques jours pour un repos bien mérité (faut le dire vite, c'est un retraité et un retraité technicien réparateur de télévision et autres engins que les jeunes de moins de cinquante ans ne peuvent pas connaitre), notre ami qui abandonne lâchement tous les blogueurs du site de Nostalgia ne sait pas dans quelle aventure il s'embarque.
La plupart des blogueurs ignorent qu'il est parti, le site ne change pas et aucune information n'a été divulguée sur son voyage. Seuls quelques proches sont au courant et tentent de communiquer avec lui via le Net. Oui, mais à Leipzig, dans l'hôtel 4 étoiles où il a atterri (ou plutôt abusri car il n'est pas parti en avion mais en bus – PS : ne me faites pas dire ce que je n'ai pas écris, il n'est pas abruti, mais il a bien abusri), donc dans son hôtel il n'y a pas de réseau et la communication ne se fait que quand bon lui semble, ou quand il prétend se déplacer pour rechercher des satellites (ceux qui aujourd'hui font autre chose que d'émettre juste quelques bip… bip… quand Clément était jeune).
 
hotel1.jpg
 
En France les blogueurs souffrent de la chaleur et échangent leurs informations concernant cette vague de chaud qui, de jour en jour, paralyse leurs muscles et leur cerveau (pour certains seulement, d'autre n'ont pas besoin de chaleur très forte pour être au ralenti toute l'année, en pays de Loire on les appelle "les pas finis"). De tous les blogueurs il y en a un ou deux qui ont la chance de vivre dans une maison où la température n'excède pas 24°C quand d'autres doivent supporter plus de 36°C.
Lisant sur le blog ces conditions de vie extrêmes, Clément ose un stratagème, il laisse tomber une nouvelle sur le site pour éviter de rentrer et subir l'enfer qui règne sur toute la France. 
Je cite ce post soi-disant anonyme :
Chers amis le webmaster de Nostalgia vous a quitté définitivement. La séparation s'est faite dans la douceur d'une nuit d'été bien fraîche à Leipzig (quel culot quand on sait qu'ici on suffoque à cause de la chaleur). Leipzig, ville dans la Saxe au fond en haut à gauche (si, si, c'est vrai regardez la carte de la Saxe) où les lipsiens et les lipsiennes lui ont rendu un dernier hommage, car Leipzig est la ville des héros et de la musique. C'est pourquoi elle honore Clément Keller en tant que tel (un musicien ? bon il connait quelques accords mais il est plus connu pour ses désaccords avec tout le monde, quand à être un héros, lui qui portait des slips en coton avec des douaychtsigoumi et qui n'avait pour seule arme qu'un lance pierre… mais bon !). 
Cette nouvelle a fait l'effet d'une bombe (pas le gâteau ou le truc sur la tête des cavaliers), ça a fait un grand boom (pour certains même une boom car ils ont dû danser spontanément en apprenant cette nouvelle), et a explosé le cœur de beaucoup de blogueurs et blogueuses ! 
Lisant à son tour ces quelques lignes, un membre a réagi par ce témoignage :
Feu Clément Keller né dans une baraque située au plus près d'une cité provisoire minière s'est illustré par ses nombreux ouvrages et chansons qui le ramènent toujours au même endroit, Schoeneck. Il était passionné de voyages et c'est malheureusement au cours d'un de ceux-ci qu'il décide de ne plus remettre les pieds près des ruines de la cité minière, cette erreur lui sera fatale. Leipzig, ville qu'il visitera plusieurs fois durant sa longue vie l'attire au point qu'il décide d'y rester, hélas, trois fois hélas, ce fut un mauvais choix. Les fantômes des baraques de la cité disparue l'ont retrouvé pavoisant dans une chambre climatisée où il faisait bon vivre. La rencontre fut brutale, d'un côté les mousquetaires amputés d'un des leurs, de l'autre le fugitif ! L'affaire se termine comme il se doit dans un combat dont personne ne sortira indemne.
Cela faisait quatre jours déjà qu'il y vivait loin de la cité perdue sans qu'elle ne lui manque, dans un confort digne d'un nabab. Mais voilà nos fantômes ne l'on pas entendu de cette oreille et sont venus à sa rencontre lui demander des comptes.
Il est là, seul dans sa chambre où il fait 21°, soit 3° de moins qu'à Hombourg-Haut, Valrange et 10° de moins qu'à Athis Mons. Voyant ses chances d'échapper à ses assaillants plus nombreux que lui, il ruse en clamant que son séjour n'est pas définitif. 
- Stop, répond l'un des fantômes des mousquetaires, pourquoi alors ta charmante est rentrée chez elle ? Pourquoi ce post sur le blog annonçant ta disparition ? 
Voyant son argumentation déjouée, il se lance dans un long monologue :
- Vous ne me faites pas peur, j'ai connu Tex Bill, Bleck le Roc, Akim et bien d'autres aventuriers. Vous ne leurs arrivez pas à la cheville. Vous n'avez même pas été capables de retrouver leurs nombreuses initiales sur les hêtres de la forêt enchantée, et puis que dire de la mare et des saules pleureurs, sans moi vous ne sauriez toujours pas où ils se trouvent, et ... (il parle et parle et parle encore jusqu'à ce que l'un des fantômes des mousquetaires ne l'interrompe) :
- Mais arrêtes tes conneries, tu te touches encore la tête la nuit ?
- Du bleuda sak répond Clément d'un ton sec !
- Ah, je vois, je vois, tu veux nous attirer sur le chemin du platt, là aussi tu penses être le plus fort ?
- Mais je suis le plus fort, en tout, d'ailleurs lequel d'entre vous a déjà écrit un livre ?
- Moi répond le fantôme Chan !
- Oui mais des contes pour enfants ça ne compte pas ! Le jour où tu écriras un vrai livre, sur la mine par exemple, alors on en reparlera !
Le fantôme de Chan reste muet, comme tétanisé par cette réponse inattendue.
- Et qui a enregistré au moins une chanson ? Poursuis Clément avec un sourire d'une arrogance extrême.
- Ah ha, vous restez muets, voilà ce que vous êtes, des nuls ! Même dans la forêt enchantée vous vous perdriez sans moi !
- C'est pas vrai s'écrie KiloWattHeure, je connais aussi bien que toi cette forêt, sinon mieux. D'ailleurs, lequel de nous y a trouvé le plus de vestiges ? Des bouteilles, des boites de coupure d'eau, des semelles, des cadres de vélo, de poussette, des poteaux électriques et même des aïakole !
- Oui, oui, tu as ramassé les restes que je t'ai laissé trouver…
Chan s'offusque : 
- Et que serais-tu sans les témoignages de tous les anciens de la cité perdue ? Les Joe, Nadine, Gugu et les autres ?
- Mais, mais… J'ai aussi des tas d'histoires drôles à raconter !
- Vas-y, racontes !
- Eh bien le Milich Matz…
- On connait !
- Et le Biersoufa ?
- On connait aussi !
- Le voleur de charbon…
- Mais on connait aussi !!!
mousquetaires.jpg
Et il continue une fois de plus à raconter des histoires que tous connaissent, et là c'en est de trop pour KWH qui le saisi par le bras.
- Arrêtes tes conneries Clémo ! Tu vas tout de suite faire tes bagages et revenir à Schoeneck.
- Non, non et non, nom d'un dakel ! Je suis Leipziquoi et je le reste, je ne serai plus chenéquoiaa, la, la, la !
Flairant la ruse de Clémo, Chan l'attrappe par l'autre bras. Nos mousquetaires se touchent, ils forment un cercle, "le cercle magique", et hop voilà qu'une fée apparaît dans un nuage vaporeux sentant les produit cosmétiques. 
- Mais qui es-tu, crient à l'unisson nos mousquetaires ?
- Je suis la fée Nostalgia, Miss Nostalgia alias Chantal !
Le groupe est estomaqué. Miss Nostalgia, ici ? à Leidenstadt, euh non pardon, à Leipzig ?
- Oui, et alors ? Tu crois être le seul à connaitre un peu le monde. Moi aussi j'ai voyagé, jusqu'à Athis Mons en passant par San Francisco mon vieux, et toc !
- La, tu marques un point, nous n'avons pas beaucoup bougé… Mais qu'est-ce qui t'amène ici ?
- Eh bien vous autres, n'avez-vous pas encore fini votre charalia (c'est son Opad qui s'est trompé – oui, les ipad, ne se trompent jamais mais la fée a un Opad) ?
- On entend vos jérémiades jusque dans la forêt enchantée, c'est insupportable !
Les trois mousquetaires réunis tremblent devant fée Chantal qui menace de les transformer en lyonawurcht !
- Non, nous t'en supplions, ne nous transforme pas en lyona, tout ce que tu veux on le fera, on ira ou tu voudras, et on sèmera encore…
- Vous sèmerez quoi ? S'inquiète la fée.
- Oh, pas ce que tu crois, car qui sème la m…e récolte le PQ ! Non, on peut s'aimer les uns sur les autres… Ou les uns sous les autres, c'est comme ça vient.
L'assemblée éclate spontanément de rire, c'est à qui rit le plus fort ! Clémo en perd son souffle, KWH n'en peut plus, Chan est sur les rotules, c'est là que notre bonne fée joue de sa flûte, non pardon, de sa bra…, oh ce Opad de m…e ! Elle ne peut pas jouer de la bra…, c'est UNE fée, mais de la ba…, de "sa" baguette magique. Trois petits tours en l'air, une phrase prononcée en platt et hop la, une fois, les voilà tous transportés dans la forêt enchantée.
 
 
gitane-sorciere-foret-portrait.jpg
 
La fée Miss Nostalgia avant Photoshop
 
fee foret.jpg
 
 La fée Miss Nostalgia après Photoshop
 
Maintenant dit la fée, nous allons voir si vous connaissez votre cité. Au fur et à mesure de nos déplacements vous me direz dans quelle rue nous sommes. Celui qui aura le plus de bonnes réponses aura gagné et malheur à ceux qui auront perdus.
- Ah non s'écrie Chan, j'étais trop petit quand on a quitté la cité, j'avais à peine 4 ans !
- Das ich ma wurcht, s'écrie aussitôt Clément, tu fais partie du jeu et tu joueras.
- Mais Clémo c'est pas juste, Chan a raison, clame à son tour KWH.
- Oh, stop vous trois, vous êtes pire que la bande des pieds nickelés qui a habité ici !
- Nous allons marcher et je veux entendre des noms, et faites-moi confiance j'ai une bonne mémoire…
Le groupe se mit à marcher, les noms fusaient : "c'est la rue de la Ferme, ici celle de la Frontière, là-bas celle de la Fontaine et ainsi de suite jusqu'au soir où la fée commença les comptes.
- Bon voyons voir, 3 pour toi, sept pour lui, 5 pour toi, plus une pour moi (zut pardon, c'est encore mon Opad qui faute), plus une pour toi, ce qui fait…, bravo c'est KiloWatHeure qui gagne.
- T'es sûre de ça ? Demande Clément qui devient noir de colère comme un aïakole !
- Hi hi, je savais que je te battrais Clémo, s'exclame KWH ! Je connais bien mieux que toi cette cité perdue.
Chan qui est resté muet jusque-là demande à la fée :
- Alors le perdant c'est moi bien entendu !
- Eh bien oui, c'est toi qui va subir la punition.
- Quelle punition ?
- Tu vas devoir retrouver tous les arbres gravés par les jeunes de la cité dans la hêtraie qui la borde.
- Mais c'est impossible, Chantal, il fait nuit je ne trouverai jamais.
- Oh mais arrête de pleurer avant qu'on n't'a frappé ! Et puis je ne suis pas Chantal, je suis la fée, la gentille fée, tu te rappelles ?
- Fée oui, mais gentille ? Tu veux me faire croire ça ?
Voyant la moutarde monter au nez de la fée, KWH tenta de faire une diversion : 
- Pitié miss Nostalgia
- Mais vous le faites express, ich bin e fée, unn nit e miss.
- Pardon, poursuis KWH, mais Chan n'y arrivera pas, il a raison, on a déjà cherché ces arbres et on ne les a pas trouvés.
- KWH dit vrai rajoute Clément, on a vraiment cherché comme des fous, partout, jusqu'à la nouvelle ligne à haute tension et la forêt de sapins. Tous ces vieux arbres ont été abattus par les bûcherons. Cela fait des mois et des mois que les tronçonneuses effacent les traces des jeux des ados qui ont grandis ici. Même le rouleau de la mare est déjà à moitié sous terre. Et que dire des rues que la végétation recouvre, et les fondations qui sont petit à petit détruites par les arbres et leurs racines. Bientôt tout cela aura disparu définitivement, seuls nos yeux arrivent encore à percevoir les traces des vestiges de ce passé pas si lointain…
Tout le monde semble vouloir oublier cette cité, la cité de notre enfance… la nature et l'homme effacent petit à petit les dernières traces de ceux qui ont vécus ici.
Des larmes roulent sur les joues de Clément… Tout le monde oublie… 
- Non, Clément, dirent à l'unisson les trois autres, nous, nous n'oublierons jamais !
Nous aimons cette forêt, cette cité perdue, nous y avons tant de souvenirs… Jamais elle ne quittera notre cœur. 
C'est alors qu'ils se mirent à regarder le ciel, la lune blafarde laissait passer quelques rayons au travers des feuilles des branches des arbres de cette forêt magique. Un grand silence respectueux s'installa. Spontanément ils se donnèrent tous la main, sans que personne n'eut besoin de souffler mot, ils se séparèrent et disparurent comme les étoiles filantes.  
 
Et vous croyez que tout ça est vrai ? 
Bien sûr que non, notre Clément est bien vivant, il est revenu à Schoeneck. Miss Nostalgia ainsi que les deux autres mousquetaires vont bien aussi. Ils continuent à lire le blog de Nostagia.blog4ever.com. Tout comme les nombreux visiteurs de ce splendide site qui redonne vie aux ruines des baraques de la cité perdue de la forêt enchantée de la Ferme où de nombreuses aventures se sont déroulées et se déroulent encore de nos jours !
Mais pour les voir il faut avoir un peu de Nostalgia dans son cœur. 
Alors continuez à envoyer vos photos et vos souvenirs pour les partager avec nous ! 
 

 


13/08/2017
44 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 80 autres membres