NOSTALGIA, le blog qui fait oublier les tracas...

NOSTALGIA, le blog qui fait oublier les tracas...

Clément Keller : L'élastique - S'Douaychtsigoumi

Lorsque nous n’avions encore que des épiceries de quartier dans le village, bien souvent, lorsque maman était occupée à materner mes jeunes sœurs ou à vaquer aux nombreuses tâches ménagères, il lui arrivait de m’appeler pour me dire :

- Ay Clemau, geh mol noch schnell baï de Adolé… Ich hohn da alles uff E zeddel uffgeschrieb…

Oups ! J’oublie toujours qu’il reste quelques personnes en ce bas monde qui ne parlent pas (encore !) notre dialecte local, le ‘Scheenegga Platt’

Je vais donc faire l’effort de rédiger ce superbe récit dans une langue bien moins poétique mais lue et parlée par la grande majorité de nos compatriotes…

Je disais donc que dans les moments de grand stress, maman me sollicitait pour aller faire les commissions dans une des épiceries du village.

Nous étions clients chez ‘Adolé’ et, accessoirement chez son confrère et concurrent, la boulangerie-épicerie Bastian où nous allions, sur le chemin de l’école lorsque nos finances le permettaient, acheter des Schneks. (1)

Ce jour là, c’était la ‘journée de réparation des Slips’ (2)

Hé oui ! Tout cela existait, au même titre que la journée de réparation des chaussettes, qu’on reprisait encore lorsqu’elles avaient un trou.

Or, ce jour là, maman était en rupture d’élastique…

Une fois de plus, il faut que je donne des explications complémentaires à l’attention des jeunes générations non issues du Baby Boom

Le slip, pour se maintenir à la taille, intégrait dans son ourlet, un élastique qui parfois, pour une raison ou une autre, se rompait.

Inutile à cet endroit précis du récit d’enlever votre ‘Jean design à effet déchiré’ pour vérifier, ça fait bien longtemps que les slips et culottes en tous genres  n’ont plus d’ourlet avec élastique interchangeable !

Bref, cet élastique (le ‘goummi’ en patois) se changeait et cela permettait au sous-vêtement en question d’être de nouveau opérationnel pendant quelques temps…

Notre Epicier-Fromager-Poissonnier-Charcutier-Bazar avait également un rayon mercerie dans un des tiroirs de son comptoir. Cela permettait aux ménagères du village de s’approvisionner en boutons, fil à coudre, coton à repriser et élastique de slip sans être obligées de prendre l’autocar Federspiel et de perdre une matinée à la ville voisine …

Mais revenons à nos moutons ou plutôt à nos élastiques…

Lorsque maman m’envoyait ainsi en mission, elle ne manquait jamais de me m’équiper de la panoplie complète du gamin qui va faire les courses…

A savoir, le billet sur lequel elle notait ce dont elle avait besoin et que l’on remettait au commerçant, un filet à provision (ne cherchez pas, on ne l’utilise presque plus, mais avec la disparition programmée des sacs plastiques, il est possible qu’il revienne à la mode) et de l’argent dans un petit porte-monnaie qui devait être sourd car elle lui répétait à chaque fois qu’il ne fallait pas qu’il se perde…

Après avoir griffonné son ordonnance, et, avant de me laisser partir vers l’aventure, ma maman préférée me donna ce dernier conseil dont je n’avais, bien entendu, pas saisi l’humour au second degré :

- J’ai noté 1 mètre d’élastique sur le billet, tu feras quand-même attention qu’elle ne tire pas dessus lorsqu’elle le mesure…

Et puis, allez…, au diable les conventions, rien que pour le plaisir et pour le même prix, je vous offre cette belle phrase en patois local :

- Ich hohn 1 mädda Douaychtsigoumi uffgeschribb, paschdd awa uff das se nit dronn tsiit wenn se’s messt…

Bien que cette suite de caractères alphanumériques ressemble plus à une panne de clavier qu’à une langue parlée, je peux vous assurer qu’elle est la traduction exacte de la phrase en français…

 

epicerie.jpg

Et me voilà parti, marchant d’un pas menu mais décidé à l’attaque de l’épicerie…

Les échoppes de village étaient à l’époque un peu comme les églises. Bien sûr on n’y priait pas (ou alors rarement) mais on s’y rencontrait pour échanger les derniers potins du village et bavarder entre ménagères en attendant son tour.

Ce jour là, les clients bavardaient beaucoup car le magasin était noir de monde et l’épicière, son mari et leur grande fille avaient fort à faire pour servir cette nombreuse clientèle.

Lorsque mon tour arriva, je remis délicatement le billet complètement chiffonné à la fille de l’épicier qui le saisit du bout des doigts comme s’il s’agissait d’un Kleenex venant tout juste d’être utilisé. Une fois déplié, elle déchiffra en plissant les yeux ce qui restait de l’écriture maternelle…

- Un quart de saucisse de jambon, 5 tranches de fromage rouge (3), un paquet de ‘petits beurres’, une saucisse à tartiner, 1 mètre d’élastique et une boîte de lait concentré non sucré ‘Gloria’… (Quand je vous disais que c’était un peu comme à l’église !).

Elle s’affaira dans les différents rayons, partit couper les tranches de fromage et, lorsqu’elle prit les ciseaux et ouvrit le tiroir à élastique, je criais aussi fort que mes jeunes cordes vocales le permettaient :

- Je fais attention lorsque vous le mesurez, car si vous tirez dessus, quand je rentrerais il sera trop court et c’est moi qui me ferais engueuler…

Vous la voulez en V.O. ? Pas de problèmes la voici :

- Ich passe awa uff wenna Mässe, wail wenna droon tzihe, isse’s tzu kuatz unn wenn Ich hem kumme unn donn krinn Ich’se…

Un ange passa… (Vous voyez, comme à l’église…)

Pendant une fraction de seconde le magasin tout entier arrêta de magasiner et même Henriette, cette voisine qui parlait tout le temps, resta silencieuse, au milieu d’une phrase, la bouche entr’ouverte…

Je ne savais pas que cette remarque allait faire un tel effet mais je compris vaguement que je venais de faire une boulette…

La vendeuse me fusilla du regard, termina ma commande en marmonnant qu’elle n’avait jamais tiré sur quoi que ce soit en le mesurant et qu’elle exerçait  un métier difficile où, pour gagner honorablement sa vie, il fallait quand-même en entendre des vertes et des pas mûres…

Je payais, enfournais rapidement la monnaie, agrippais mon filet à provision et sortit, tête basse, sans me retourner, sous le regard réprobateur des autres clients…

Une fine pluie commençait à tomber et je me dépêchais de rentrer pour montrer fièrement à maman que j’avais respecté ses consignes et que l’élastique faisait bien un mètre comme prévu…

Elle éclata de rire pendant qu’elle déballait mes achats et m’expliqua que cette remarque n’était qu’une plaisanterie, ‘S’war jo nur Schpass !, et qu’elle ne pensait pas un instant que j’allais le répéter à la vendeuse…

Moi, ça ne m’avait pas fait rire et bizarrement, depuis ce jour, chaque fois que maman m’envoyait faire des courses chez ‘Adolé’, j’avais la vague impression qu’on ne me regardait plus tout à fait de la même façon…

Et tout ça pour un vulgaire mètre d’élastique ! C’est fou ce qu’ils étaient susceptibles à l’époque ces petits commerçants de quartier…

 

→ Cliquez ici pour télécharger GRATUITEMENT l'ouvrage 'Les couleurs du passé'.

 

(1)  Le Schnek est une pâtisserie en forme d’escargot nappée de glaçage.

(2)  A l’époque, on ne disait pas Slip mais ‘culotte’ ou ‘Unnerbouks’ dans le patois local.

(3)  Fromage de type Edam recouvert d’une croûte en cire rouge

 

https://static.blog4ever.com/2016/02/814449/artfichier_814449_8769488_202010011320432.jpg
 

Ces pages devraient également vous intéresser : 

 

Extraits de l'ouvrage "Les couleurs du passé" Tome 2 dans Clément Keller - Récits 

La Ferme de Schoeneck années 50-60 

Les récits envoyés par nos ami(e)s dans Nos ami(e)s racontent... 

Initiatives citoyennes 

Les catastrophes minières dans le bassin houiller lorrain 

Ecole primaire de Schoeneck 

La Boutique en ligne Nostalgia dans Humour - TV 

Expressions en Platt 

Des plus récentes au plus anciennes... dans Dernières mises à jour 

Bienvenue dans le livre d'or Nostalgia ! 

Anthologie, un voyage musical dans le temps dans Anthologie-Blues du charbon 

La Lorraine et le Platt dans Menu culture régionale 

Clément Keller : sous le signe du poisson 

Clément Keller : Schoeneck, le beau coin (11) 

Schoeneck de A à Z (Cliquez sur la rubrique choisie) dans Schoeneck de A à Z 

La Halte Schoeneck et la cité du Bruch à Forbach 

Blek le Roc - Miki dans Blek le roc - Miki 

Em Clémau Sei Footzegge 

Souvenirs du bassin houiller... dans Menu général 

Schoeneck autrefois... 

Que les moins de 20 ans... dans Je vous parle d'un temps...

 

Les derniers commentaires de nos visiteurs :

 



25/11/2016
76 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 189 autres membres