NOSTALGIA, le blog qui fait oublier les tracas...

NOSTALGIA, le blog qui fait oublier les tracas...

Arsène Hartzer : Chroniques indiennes (2)

De Calcutta à Katmandou. 

Lors de nos missions nous passions, à l’aller ou au retour, par Dehli ou Bombay pour des rendez-vous professionnels avec notre client qui avait des bureaux dans ces villes.

Notre société nous laissait une certaine liberté pour y séjourner le temps que nous jugions nécessaire, ce qui nous permettait également de faire un peu de tourisme.

Mais, bien sûr, Calcutta était l’étape incontournable de nos voyages.

Au début des années 70 avait eu lieu la guerre entre le Pakistan occidental et Pakistan oriental qui a donné naissance à l’état du Bangladesh. (Plus d'infos ICI)

A cette époque des dizaines de milliers de réfugiés vivaient dans les rues de Calcutta, dans des conditions difficilement imaginables pour les occidentaux que nous étions.

Malheureusement beaucoup de ces personnes décédaient pendant leur sommeil, et, chaque matin, un groupe de policiers munis de sticks en bambou, faisait le tour du quartier, donnait un coup de stick sur la plante des pieds des personnes encore allongées, celles qui ne réagissaient pas était embarquées dans un petit camion qui suivait la troupe.

Les premiers contacts avec cette misère ne s’oublient jamais. Mais la nature humaine étant ce qu’elle est, au bout de quelques voyages, cela faisait simplement partie du paysage.

Le spectacle dans la rue était pour le moins dépaysant, mais l’on pouvait se promener, sans craintes dans n’importe quel endroit, même dans les lieux les plus improbables.

 

PH1-2.jpg

Lorsque nous sortions de l’hôtel, nous étions immanquablement assaillis par une foule de mendiants, qui étaient fort nombreux à cette époque. Mais très rapidement, le portier de l’hôtel nous a expliqué qu’en fait, les mendiants de Calcutta faisaient tous parti d’un « syndicat », auquel ils remettaient, le soir, une partie de leurs  « recettes », en échange de quoi on leurs assurait le gite pour la nuit.

Ces mendiants étaient organisés, chaque groupe était supervisé par un « chef » et avait son secteur d’activité. Donc, le matin en sortant de l’hôtel, nous appelions le chef de secteur, et négociions avec lui un forfait journalier, en fait l’équivalent de 2 à 3 francs, et étions tranquilles pour la journée, quel que soit le quartier ou nous étions.

 

 

Calcutta en février 1968 (Document Louis Malle)

 

Un des endroits les plus remarquables à Calcutta est le « New Market » dont je vous laisse découvrir  quelques images récentes tirées du Net :  Cliquez ICI 

Seuls, nous ne serions vraisemblablement, ressortis que difficilement de cet immense « souk », mais il y avait à l’entrée des coursiers avec de grands paniers qui, moyennant quelques roupies, vous accompagnaient pour porter vos courses, et vous guider vers les échoppes en fonction de ce que vous recherchiez, et bien sûr vers celles qui leurs reversaient une petite commission sur vos achats.

En général les marchands n’étaient pas insistants, n’essayaient pas de vous vendre quelque chose à tout prix, comme j’ai pu le constater dans certains pays outre Méditerranée.

Une fois, à un marchand un peu plus insistant, et qui voulait absolument me vendre quelque chose, je finis par dire, pour rire : je voudrais acheter un pistolet, persuadé qu’il allait me dire qu’il ne vendait pas ce genre de chose et que je n’en entendrai plus parler.

A notre voyage suivant, notre coursier, qui trainait souvent devant l’hôtel, en quête de clients à accompagner, nous aborde et nous entraine chez notre marchand, qui tout fier m’a sorti la chose que j’étais sensé lui avoir commandée, une belle arme de poing, dans un magnifique coffret !

Je n’ai, bien sûr, pas honoré ma soi-disant commande, mais lui ai acheté quelques mètres de soie et quelques autre bricoles.

Une fois nous étions invité, avec mon patron, qui était un Alsacien pas triste du tout, à déjeuner au « Bengal Club » haut lieu des traditions British à Calcutta.

Pour rire, il a proposé de nous y rendre en taxi local, donc une bonne vieille diligence tirée par de chevaux. Notre arrivée entre les Rolls et les Jaguars, a fait pour le moins désordre, mais nous, on s’est bien marré, et avons fort bien déjeuné.

 

PH3.jpg

 

Lors d’un retour de Sindri, au mois de novembre, nous nous sommes retrouvé à Calcutta un jeudi avec un rendez-vous programmé le mardi suivant à Dehli.

Pour passer le temps, mon patron nous a organisé un voyage à Katmandou.

Ce qui m’a, personnellement le plus frappé lors de ce voyage, c’est la couleur et la luminosité du ciel exempt de toute pollution industrielle, ainsi que la « zénitude » qui régnait dans cette ville et dans les bourgades que nous avons visitées.

L’architecture y est également remarquable, évidemment adaptée au climat.

 

PH 4-5.jpg

Le Népal compte une forte population Tibétaine, en majorité Bouddhistes, et on y trouve donc de nombreuses  Stupas : (Plus d’infos ICI) ainsi que beaucoup d’école Bouddhistes.

 

PH 6-7.jpg

Mais ce qu’il y a de plus extraordinaire c’est que, prenant un drink au bar de l’hôtel, quelqu’un me tape sur l’épaule et me dit en bon patois Forbachois : « Ah, was march don dou dho ? » (Mais que fais-tu donc toi ici) ?

Il s’agissait d’un Monsieur que j’avais côtoyé lors d’un stage d’étudiant au supermarché Schroeder à Forbach, qui avait créé la société Marquis, spécialisée dans le commerce de jouets, et qui rentrait d’une mission d’achats dans les pays du sud-est asiatique.

Comme quoi le monde est vraiment, très petit.

L’autre souvenir, inoubliable de cette escapade, est le départ en taxi en pleine nuit, pour nous rendre dans un petit village, complètement perdu dans la campagne Népalaise pour assister au lever du soleil sur l’Everest. A suivre...

 

PH 8-9.jpg

 

https://static.blog4ever.com/2016/02/814449/artfichier_814449_8925386_202103103534365.jpg

 

Ces pages devraient également vous intéresser :

 

Extraits de l'ouvrage "Les couleurs du passé" Tome 2 dans Clément Keller - Récits 

La Ferme de Schoeneck années 50-60 

Les récits envoyés par nos ami(e)s dans Nos ami(e)s racontent... 

Initiatives citoyennes 

Les catastrophes minières dans le bassin houiller lorrain 

Ecole primaire de Schoeneck 

La Boutique en ligne Nostalgia dans Humour - TV 

Expressions en Platt 

Des plus récentes au plus anciennes... dans Dernières mises à jour 

Bienvenue dans le livre d'or Nostalgia ! 

Anthologie, un voyage musical dans le temps dans Anthologie-Blues du charbon 

La Lorraine et le Platt dans Menu culture régionale 

Clément Keller : sous le signe du poisson 

Clément Keller : Schoeneck, le beau coin (11) 

Schoeneck de A à Z (Cliquez sur la rubrique choisie) dans Schoeneck de A à Z 

La Halte Schoeneck et la cité du Bruch à Forbach 

Blek le Roc - Miki dans Blek le roc - Miki 

Em Clémau Sei Footzegge 

Souvenirs du bassin houiller... dans Menu général 

Schoeneck autrefois... 

Que les moins de 20 ans... dans Je vous parle d'un temps...

  

Les derniers commentaires de nos visiteurs : 

 



07/04/2021
304 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 187 autres membres