NOSTALGIA le Blog qui fait oublier les tracas

NOSTALGIA le Blog qui fait oublier les tracas

Wolfgang Thielen : Le café de la frontière

wolfvaluta2.jpg

 

 

Wolfgang THIELEN – bio

Né en 1946 en Gersweiler (Sarre), à un jet de pierre de la Moselle, Wolfgang Thielen a passé la frontière à l’âge de 5 ans. Il a grandi dans une famille de mineurs au milieu d’immigrés de tous horizons travaillant dans les Houillères de Lorraine. D’abord dans la cité de baraques provisoires de la Halte de Schœneck, puis dans les nouvelles barres de Behren. Entré dans la vie professionnelle dès l’âge de 18 ans, il a mis à profit son atout majeur : le bilinguisme. Après un premier poste d’employé à Sarrebruck, il est entré au Républicain Lorrain à Metz en 1965 comme journaliste pour l’édition allemande France Journal. En 1972, il quitta le siège messin pour l’Est mosellan, la région frontalière. Ses affectations successives dans les agences de Forbach, Sarreguemines et Saint-Avold se sont accompagnées de nouvelles responsabilités, passant de rédacteur à chef d’agence puis chef des éditions de Moselle-Est.  À sa retraite en 2006, après 41 années de journalisme professionnel, il a continué à collaborer au Républicain Lorrain, portant son regard aiguisé sur l’actualité au-delà de la frontière, son sujet de prédilection.

 

Résumé :

Dans les années d’après-guerre, la bataille du charbon attire à la frontière de la Moselle, redevenue française, des populations antagonistes qui n’auraient jamais dû se rencontrer.

Voilà le réfugié polonais Waldeck face à l’immigré sicilien Luigi, deux jeunes paysans arrachés à leur terre, voisins forcés qui se haïssent. Ou encore Frida, l’Allemande, veuve d’un soldat de la Wehrmacht, confrontée à Eugène, le Lorrain, père inconsolable d’un « malgré-nous » disparu en Russie.

En dépit de ses dangers permanents, la mine avec ses avantages sociaux réunit ces ennemis d’hier que tout sépare jusqu’à la langue. Ici seule l’Administration parle le français et creuse davantage le fossé dans un monde hostile aux gens venus d’ailleurs.

Ces étrangers découvrent avec surprise de nouvelles cités-dortoirs, bâties dans l’urgence. D’abord un baraquement insalubre au pied du puits Simon à Forbach puis les nouveaux grands ensembles sans âme de Behren.  

Mi-fiction, mi-réalité, Le café de la Frontière entraîne le lecteur dans le sillage de deux familles d’expatriés venues chercher un nouvel eldorado dans la poussière du charbon lorrain.

 

livrecafe2.jpg
  

→ L'ouvrage est également disponible au Cora Forbach, Cora Saint-Avold, Leclerc Creutzwald et à la Librairie Confluence à Sarreguemines.

 

Ces pages devraient également vous intéresser :

Extraits de l'ouvrage "Les couleurs du passé" Tome 2 dans Clément Keller - Récits

La Ferme de Schoeneck années 50-60

Les récits envoyés par nos ami(e)s dans Nos ami(e)s racontent...

Initiatives citoyennes

Les catastrophes minières dans le bassin houiller lorrain

Ecole primaire de Schoeneck

La Boutique en ligne Nostalgia dans Humour - TV

Expressions en Platt

Des plus récentes au plus anciennes... dans Dernières mises à jour

Bienvenue dans le livre d'or Nostalgia !

Anthologie, un voyage musical dans le temps dans Anthologie-Blues du charbon

La Lorraine et le Platt dans Menu culture régionale

Clément Keller : sous le signe du poisson

Clément Keller : Schoeneck, le beau coin (11)

Schoeneck de A à Z (Cliquez sur la rubrique choisie) dans Schoeneck de A à Z

La Halte Schoeneck et la cité du Bruch à Forbach

Blek le Roc - Miki dans Blek le roc - Miki

Em Clémau Sei Footzegge

Souvenirs du bassin houiller... dans Menu général

Schoeneck autrefois...

Que les moins de 20 ans... dans Je vous parle d'un temps... 

 

Les derniers commentaires de nos visiteurs : 

 



30/10/2023

Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 215 autres membres