NOSTALGIA, le Blog qui fait oublier les tracas...

NOSTALGIA, le Blog qui fait oublier les tracas...

Oncle Joe raconte : Elvis et moi

Comme la plupart d'entre vous le savent sans doute, Elvis Presley a été enrôlé dans l'armée américaine alors qu'il était déjà une très grande Star aux États-Unis et dans beaucoup d’autres pays du monde. Il a servi dans l'armée américaine de 1958 à 1960 et a passé environ 18 mois à Friedberg, en Allemagne. Il n'a pas passé beaucoup de temps à vivre dans les baraquements avec les militaires, car, après quelques semaines, Elvis et sa famille ont vécu dans un logement privé, une sorte de résidence pour ‘Hôtes de marque’…!

En ce qui me concerne, ma famille et moi avons quitté la cité de Behren dans l’Est de la France en août 1960 pour nous installer près de Chicago, aux États-Unis et, c’est vers la fin de 1961, que le bon vieux «Oncle Sam» m'a contacté par courrier pour me demander de venir sans délai remplir mes obligations militaires pour mon nouveau pays, les U.S.A.

Une partie de ce service militaire a été effectué en Allemagne de début 1962 à décembre 1963, c’est-à-dire environ trois ans après le passage du King Elvis.

Eh bien, mes amis, jusque-là, les seuls points communs entre le King et moi sont d’avoir été tous deux enrôlés dans l’armée américaine et d’avoir effectué tous deux notre service dans une caserne en Allemagne. Je suppose que beaucoup de personnes étaient dans le même cas mais patience, vous allez bientôt en savoir plus à propos de l’extraordinaire complicité entre Elvis Presley et votre oncle Joe préféré…

elvis anime.gif

Le King a fait ses classes à Fort Hood, au Texas, et, après cette période, il a été envoyé à Fort Dix dans le New Jersey, puis, de Fort Hamilton à New York vers Bremerhaven, en Allemagne, par bateau. En ce qui me concerne, j’ai fait mes 14 semaines d’entraînement militaire à Fort Lenard Wood, dans le Missouri, puis, tout comme le King, mon service s'est déroulé également en Allemagne.

A l’instar d'Elvis, j’ai été envoyé à Fort Dix, dans le New Jersey, mais dans mon cas, avec 14 autres gars, l’opération fut ralentie suite à une erreur administrative de l'armée.

Nous avions eu des ordres contradictoires. Le premier de ces ordres nous demandait de rejoindre la «63rd. Ordinance Division» et l'autre disait de rejoindre la «526 Medical Coro». On nous a dit que nous resterions à Fort Dix pendant environ deux jours afin de réduire le contingent de l'armée mais en réalité nous sommes restés à Ford Dix pendant 8 jours et je me suis dit que l’armée n’était apparemment pas pressée de nous envoyer en Allemagne.

Alors que ma compagnie et les autres compagnies étaient déjà en route par bateau vers l'Allemagne, moi et mes 14 camarades sommes restés à Fort Dix à ne rien faire si ce n’est profiter de 3 repas quotidiens et perdre notre temps au «Mess» du Fort à nous ennuyer et à gaspiller le peu d'argent que nous avions en buvant de la bière «3.2 G.I.».

Finalement, au bout de 8 jours, le commandant local nous a demandé de préparer nos affaires afin d’être prêts pour le départ vers l’Allemagne.

Le même jour, on nous a emmenés en bus à l’aéroport de Philadelphie et nous avons embarqué sur une ligne aérienne commerciale (La Panam) en direction de Francfort sur le Main... Je dois dire que l’ennui des jours d’attente a été bien récompensé.

Nous avons pris l’avion et sommes arrivés à destination environ 7 heures plus tard sans rien faire et, cerise sur le gâteau, en compagnie d’une jolie et attentionnée hôtesse de l’air.

Ce voyage n’était en rien comparable à la traversée de l’Atlantique en bateau pendant 5 jours de nos amis, traversée durant laquelle on leur a surement demandé d’exécuter des corvées en tous genres, alors que nous n’avions rien d’autre à faire que de rester tranquillement assis dans notre confortable fauteuil et de profiter de notre vol !

En arrivant à Francfort, on nous fit monter à bord d’un bus de l’armée américaine qui nous transporta dans un bâtiment situé, si mes souvenirs sont exacts, au centre de la ville.

C’était un vieux bâtiment de 3 étages pompeusement baptisé «Centre d'affectation temporaire de l'armée américaine», comme le précisait le grand panneau blanc aux lettres rouges planté devant l’entrée.

Chers amis lecteurs, même si tout cela vous semble banal pour l’instant, ne perdez pas le fil, soyez confiants, car, malgré les apparences, nous approchons de plus en plus de mes aventures avec le King Elvis et les détails ci-après sont absolument nécessaires afin de planter le décor de cette grande aventure…

Nous étions logés au troisième étage de ce petit bâtiment et devinez quoi ?

Surprise, surprise... Les consignes du Sergent-Major en charge de notre groupe furent les mêmes qu'à Fort Dix (on se demande parfois comment l'Amérique fait pour gagner les guerres !)

Les gars, voici les ordres : nettoyez-moi tout ce bazar, vous partez d’ici dans un jour ou deux !

Comme nous avions reçu ces mêmes consignes quelques jours plus tôt, ce discours nous sembla très familier...

Eh bien oui, une fois de plus nous avons passé une semaine entière dans ce centre d’affectation temporaire et figurez-vous mes amis, que c'est la première coïncidence de mon aventure avec le King car lui aussi avait été logé pendant environ une semaine au troisième étage de ce petit bâtiment...

Je peux donc dire sans mentir que votre Oncle Joe et le King ont vécu pendant une semaine dans le même bâtiment ce que peu d'autres personnes peuvent affirmer à ce jour.

Mais ce n’est pas tout, le meilleur reste à venir !

Laissez-moi vous donner quelques informations à propos de ce bâtiment élancé ressemblant à une cabane dans les arbres.

Il était composé d’un minuscule sous-sol et de trois petites salles dont la première servait à 90 % d’espace de stockage. Le deuxième étage était constitué  d’une salle de conférence de taille raisonnable et de bureaux privés.

Au troisième étage, se trouvaient nos quartiers d’habitation composés de deux salles A et B avec environ 15 lits et 15 casiers dans chaque pièce. À une extrémité, il y avait une petite douche et une petite salle de toilettes.

À l’extérieur, entouré d’une relativement grande pelouse se trouvait un Patio avec deux tables en acier, une table de pique-nique et une douzaine de chaises métalliques...

Cette partie arrière était entourée d'un mur de briques rouges d'environ 8 pieds de hauteur avec des tessons de bouteilles cimentés sur le dessus du mur. (Nous avons découvert un peu plus tard que ce bâtiment était un ancien commissariat de police datant de l’époque d'Adolf le moustachu) !

Ce bâtiment n’avait pas de salle à manger aussi, pour prendre nos trois repas quotidiens, nous devions marcher en formation pendant un peu plus d’un kilomètre en direction d’un petit restaurant allemand dans lequel 5 tables étaient mises à la disposition de l’armée américaine.

Avantage pour nous, les repas étaient servis par de charmantes dames allemandes dans de la vaisselle «normale» ce qui nous changeait des plateaux en acier de l’armée…

Eh bien, voici encore un élément relatif au King :

- J'ai mangé tous les jours, pendant une semaine, au même endroit qu’Elvis et peut-être même à sa table car il n’y en avait que 5. 

Mais permettez-moi de faire une dernière remarque à propos de ce restaurant :

Nous y allions trois fois par jour mais Elvis seulement 1 fois et c'était de la folie durant cette unique «sortie» quotidienne car l’arrivée au restaurant du King était précédée d’une noria de Fans (surtout des jeunes filles !) et causait systématiquement des embouteillages dans le centre de Francfort.

 


 

Essayez d’imaginer la scène :

Elvis, flanqué d’une «garde rapprochée» de policiers militaires en uniformes, est conduit au restaurant avec, autour du cortège, une foule hurlante de jeunes Fans tentant d’apercevoir leur idole...

Lorsque moi et mes camarades étions assis dans ce même restaurant, il n'y avait aucun policier militaire à l’horizon, mais, à l’époque du King, il y en avait chaque fois une bonne douzaine autour des tables.

Cette anecdote de la «Saga Elvis locale» nous a été rapportée par notre Sergent-Major et j'ai eu l'impression que ce dernier était plutôt fier d'avoir vécu cette présence d’Elvis pendant quelques jours dans le centre…

Je ne peux pas le blâmer ce cher Sergent, peu de gens peuvent dire qu’ils ont eu la chance d’assister tous les jours, qu’il pleuve ou qu’il vente, à la sieste du grand Elvis Presley !

Tout Sergent qu'il était, lui aussi avait droit à son heure de gloire...

Voilà les amis, j'espère que vous êtes toujours avec moi et que je ne vous ai pas endormi en vous racontant mes aventures avec le King Elvis, mais ne vous inquiétez pas, on va bientôt arriver au point d’orgue de mon aventures avec Elvis…

Revenons un instant à nos quartiers de vie du troisième étage. Deux salles, une douche et une salle de toilette que je vous en ai déjà décrits un peu plus haut.

Dans la salle de douche, il y avait 4 pommeaux de douche, eh bien, je suis sûr que pendant son court séjour, Elvis, a dû prendre une douzaine de douches à cet endroit. 

Vous ne serez donc pas étonnés d’apprendre que :

- Moi aussi, les gars, j'ai pris mes douches dans la cabine d'Elvis ! 

Combien de personnes parmi vous peuvent en dire autant ?

Parlons maintenant des toilettes (n’allez pas plus vite que moi, finalement c’est MON histoire avec Elvis !)...

Dans la salle de bain il y avait trois lavabos avec de l'eau courante froide et chaude sortant d’un robinet monté dans le mur. Je suis sûr qu’Elvis se rasait, se lavait les mains et le visage dans ces lavabos pendant son séjour et je peux donc fièrement affirmer ;

Je me suis rasé et j’ai lavé mes mains et mon visage au-dessus du même lavabo que le King. Je les ai utilisés tous les trois et je suis sûr qu’Elvis en a au moins utilisé un !

Sur l'autre mur des toilettes il y avait trois urinoirs fixés au mur et deux cuvettes de WC auxquelles il y manquait les couvercles…

Vous savez, votre Oncle Joe arrive à la fin de ses aventures avec Elvis après une petite semaine alors qu’Elvis, lors de son long séjour dans ce centre a dû utiliser tous les urinoirs et au moins une des cuvettes pour faire son «affaire»… Alors oui mes amis, je peux fièrement dire :

- J'ai fait pipi et me suis assis sur le trône sur lequel le King du Rock’n’roll  Elvis était assis trois ans plus tôt !

 

elvis wc.jpg

 

Voilà chers amis, ces 'aventures' avec Elvis se sont toutes déroulées en Allemagne pendant mon service militaire et n'ont rien à voir avec celles que vous connaissez déjà et qui ont eu lieu près des baraques de ma bonne vieille Ferme de Schoeneck ou dans les environs proches…

Mais combien d'anciens habitants de cet endroit peuvent dire qu'ils ont eu le privilège de s'asseoir sur le même trône qu'Elvis Presley ? Franchement, je dois être le seul !

Clément, je t’ai envoyé ce récit car Elvis, Star mondiale de la musique et de la chanson, nous a quitté bien trop tôt et je suis persuadé que s’il était encore en vie, il serait encore au Top aujourd’hui.

Personnellement, j'aime la plupart de ses chansons et, Dieu merci, grâce aux disques, aux CD et aux DVD, ses chansons, ses films et sa voix seront toujours là, même quand nous serons tous partis pour un monde qu'on dit meilleur...!

Prenez tous soin de vous et laissez-moi vous souhaiter un joyeux Noël ainsi qu’une bonne année 2019, il vaut mieux que je le fasse maintenant, vous savez, à mon jeune âge... Joe

 

pixiz-06-12-2018-07-39-52.jpg

  https://static.blog4ever.com/2016/02/814449/artfichier_814449_7967631_201811244441318.jpg

Un document unique : Oncle Joe en 2013, lors de sa dernière visite à Graceland (Memphis, Tennessee)

https://static.blog4ever.com/2016/02/814449/artfichier_814449_7967631_201811244441318.jpg

 

Autres récits de Joe Surowiecki

Présentation

Ma première banane

Le cochon des Morico

Le drame de la famille Birig

Ecrit dans la neige

 Histoire d’oiseaux

Odette, mon garçon manqué

La grande course

Le Big Bang

Piégés !

 

Ces pages devraient également vous intéresser :

Clément Keller : récits & souvenirs

La future place du souvenir des anciens de la Ferme

Clément Keller : le CD Anthologie

BD des années 50-60

La Mine

Nos ami(e)s racontent

Je vous parle d’un temps

Nos années 60

Parlez-nous de vous

Programme TV & Humour

Tous les diaporamas Nostalgia 

  

Autres pages locales

Petite histoire de la Lorraine

Expressions en Platt

Recettes de cuisine en Platt

Récits & ouvrages en Platt

Proverbes, dictons & chansons en Platt

 

Votez pour le Blog Nostalgia

Merci


12/12/2018
45 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 134 autres membres