NOSTALGIA, le blog qui fait oublier les tracas...

NOSTALGIA, le blog qui fait oublier les tracas...

L'an 2000 vu par Science et Vie en 1955

Science & Vie, avril 1955

Les russes et les anglais décrivent l’an 2000. 

2 grandes nations viennent de manifester ensemble par une curieuse coïncidence, leur intérêt pour les problèmes de la vie en l’an 2000.

En URSS la revue Ogoniok a commencé l'année 1955 par une collection d'interviews des plus grands savants soviétiques.

En Angleterre la Royal society of Arts a organisé un concours public soumis à un jury de 26 spécialistes connus. Le professeur anglais Low a publié par ailleurs une série d'articles sur la ménagère en 1995. Les 2 nations on décrit notre vie future selon leur tempérament et leur imagination :

Les Russes avec enthousiasme, les Britanniques avec le sens des réalités pratiques.

Le gagnant du concours anglais est un navigateur, le Wing-Commander T.R. Cave Browne. Il a présenté un projet de circulation dans une cité géante de l'avenir.

Selon lui, tout se passera sur les toits. Ceux-ci seront transformés en chaussée que longeront de chaque côté des trottoirs ressemblant à d’immenses balcons. Les villes seront construites en building carrés reliés par des ponts et l’air sera pur.

L’an 2000, vivant sur une industrie colossale, on pouvait craindre que fumées et déchets de toutes sortes ne polluent l'atmosphère.

L’ingénieur russe Dolopolov prévoit le remède. La poussière de charbon n’a pas le temps de brûler dans les foyers des cheminées d'usine. Emportée par les gaz elle s'échappe à l'air libre. Jusqu'à 40 % du combustible sont ainsi perdu.

En effet, autour de chaque particule de charbon se forme une pellicule de gaz qui ne laisse pas passer l'oxygène et empêche la combustion. Il faut donc éliminer toutes ces pellicules pour qu’à l’instant même brûlent toutes les scories. Un son inaudible, un ultrason y parviendra.

Une sirène hurlera sans bruit dans le foyer faisant vibrer l’air, mettant en mouvement les poussières de charbon qui se heurteront et perdront leur pellicule. Ainsi bénéficiant d’un air meilleur, les habitants des Villes-Jardins de l'an 2000 auront des mines de campagnards.

Pour le savant russe Victor Trapezniko, les usines seront dirigées à distance et fermées à clef. Un poste central dans chaque région réglera toutes les entreprises.

De temps en temps apparaîtront 2 ou 3 spécialistes chargés de la surveillance ou de la réparation d'un atelier. Tout incident s’inscrira sur un tableau lumineux du poste central.

Le réparateur prendra son outillage, montera dans un hélicoptère, et atterrira quelques minutes plus tard dans la cour de l'usine et gagnera l'atelier indiqué.

Dans  cette société ‘Presse-Bouton’ que deviendra l’être humain ? 

Quel sera l’homme de l’an 2000 ?

 

avril1955.jpg

 

Les savants russes se montrent optimistes à son sujet.

Souhaiter un "Joyeux centenaire" deviendra une habitude, écrit Klossowski, le correspondant de l'Académie des Sciences Sociales de l’URSS. Il est prouvé que la durée naturelle de la vie humaine doit atteindre 120 à 150 ans et la science peut, dans l’avenir, retrouver ce cycle naturel. Pour cela il faut permettre aux enfants de grandir sans maladies.

Celui qui n'a pas été malade pendant ses 10 premières années acquiert une résistance supérieure pour le restant de sa vie. En effet durant l’enfance, se développent tous les organes. Les grands hémisphères du cerveau et le réseau serré des capillaires qui alimentent les cellules nerveuse se forment définitivement où connaissent la période la plus importante de leur croissance. Toute maladie, même la plus bénigne, ralentit cette évolution.

Le cerveau est alimenté de plus en plus mal, la mémoire s'affaiblit, les connexions nerveuses sont perturbées.

En 2000, la science aura mis au point la préparation biologique ayant pour effet de stimuler l'activité des capillaires, de prolonger leur croissance.

La greffe des glandes vitales sera possible ainsi que le rajeunissement.

Un centenaire pourra être père et, dans les rue de Moscou on ne verra ni tempes blanches, ni crânes chauves.

Les Anglo-Saxons se montrent d'un enthousiasme plus modéré. Les correspondants de la Royal Society of Arts prévoient simplement une amélioration des techniques biologiques et médicale. Tous les virus seront identifiés, la radiothérapie sera la base de tous les traitements. La médecine aura enfin reconnu que maladies physiques et mentales sont intimement liées et doivent être traitées ensemble.

En l’an 2000, le "Home" atteindra son point de perfection. Rayons cosmiques et énergie solaire fourniront chaleur et lumière. Plus de lampes, mais des murs fluorescents.

Voici comment le professeur Low imagine la cuisine de l'avenir :

La pièce maîtresse en est un fourneau électronique. Un bifteck placé sur le grill est automatiquement retourné et cuit en 1 minute.

Les placards se relèvent et s’abaissent automatiquement. Au plafond, un champignon aspire toute la poussière, il n'est pas nécessaire de balayer plus de 2 fois par an.

La corvée quotidienne de la vaisselle n’existe plus, les couverts sont en matière plastique, et on les jette après chaque repas.

Le 3ème millénaire verra d'ailleurs le triomphe des matières plastiques et synthétique.

Les Russes ont prévu par exemple une fibre destiné à détrôner la laine, son nom est même fixé : Poliacrilonitrilnoié, sorte de viscose perfectionnée.

Le costume lui-même évoluera. Les femmes, que l’absence de travail domestique laissera libre de se livrer aux mêmes travaux que les hommes auront tendance à imiter le comportement et les vêtements masculins.

Les hommes, au contraire, ayant plus de loisirs, retrouveront le sens de la coquetterie, le goût des couleurs vives et des parfums. Quant aux enfants, un correspondant anglais imagine pour eux, un système d'éducation à base de jeux et de sport, l'enseignement proprement dit s'effectuant grâce à l’hypnose. Dormir en classe est de nos jours l'apanage des cancres, en l’an 2000 ce sera celui des bons élèves.

L'alimentation est toutefois un problème qui préoccupe ces modernes Jules Verne car, dans quelques dizaines d'années, la population mondiale, si son rythme actuel d’accroissement se maintient, attendra 4 milliards d'habitants.

Il y a déjà 59,5 % de sous-alimentés, et l’état actuel des sciences agronomiques ne permet pas d'affirmer que les besoins présents et futurs seront satisfaits. Manger pour vivre et non vivre pour manger sera donc plus que jamais un impératif pour les générations à venir.

Les correspondants de la Royal Society of Arts ont suggéré différentes solutions.

Les unes sont expérimentées ou envisagées dès maintenant comme la culture intensive de certaines algues marines, la récolte du plancton ou la reproduction d'aliments synthétique. Ainsi F.R. East, ancien membre du National Coal Board affirme qu’en l’an 2000, 20 usines seront suffisantes pour assurer la nourriture de toute la Grande-Bretagne.

Dans 50 ans on produira synthétiquement des vitamines, du sucre, de l'amidon.

Le développement de l'énergie atomique électrique permettra d'installer de gigantesque usine de la nourriture synthétique : le Syn-Food et la côtelette de l'homme primitif sera définitivement reléguée au rang de souvenir  .

La famine, pour M.B. Evdy, praticien de Withington, sera vaincue par la production microbiologique.

Diverses méthodes utilisant l’hydrogène comme source d'énergie, permettront à l’aide de micro-organisme l’obtention d'un produit nutritif, un lait biologique riche en protéines, en graisses, en hydrates de carbone et en vitamines capable de nourrir hommes et animaux. M.B. Evedy imagine même le plan de la future usine alimentaire. Tandis qu’à l’intérieur du monstre mécanique, semblable à une cloche, fonctionneront de gigantesques appareils à électrolyse, que des laboratoires géants distilleront la houille d’où seront tirés les principes élémentaires qui se combineront avec les micro-organismes, au sommet de l'usine seront parquées des truies.

Celles-ci  seront nées par parthénogenèse. Il aura suffi pour cela que leur mère ait absorbé un dérivé de Colchicine.

Nourries de lait biologique, elles auront atteint au bout d’un mois un degré d'engraissement suffisant pour être abattues et fournir un complément de viande aux produits synthétiques. Un tel programme rend inutile la poursuite des méthodes de culture traditionnelle. F.R. East affirme que 40.000 ouvriers suffiront pour assurer la marche des usines de Syn-Food.

Pour les savants soviétiques, l’ère de l'alimentation synthétique n'est pas aussi urgente, on peut encore perfectionner les procédés actuels d’agriculture et il reste de vastes étendues à fertiliser. Sakharov, candidat ès Sciences Agricole décrit ainsi la fin des désert de sable noir les Karakoum :

Une énorme machine s’ébranle sur les rives du lac Oungouz.

Elle rappelle à la fois un excavateur géant et une immense installation de pluie artificielle. Le corps, les chenilles et la longue flèche sont reliées à l’excavateur, la gigantesque pomme d'arrosoir au bout de la flèche servira à générer la pluie artificielle.

La Flèche tourne lentement sur elle-même et, comme un pulvérisateur, répand sur le sable un liquide sombre. Ensuite, plusieurs Bulldozers aplanissent les dunes.

Une machine combinée à planter les arbres introduit dans le sol des graines de pin parasol. Tout ce groupe de machine avance lentement, laissant derrière lui me surface plate et brillante. Le liquide se fige sur le sol et forme une écorce qui arrête pour toujours les sables impétueux.

La science Mitchourienne aura bouleversé les idées courantes sur les limites géographiques des plantes : on récoltera des cerises à Léningrad, du raisin à Moscou des tomates à Arkangeslk.

Ce que l’on considérait comme des récoltes record seront en l’an 2000 des rendements courants. L'humanité atteindra enfin l’heure de l'abondance, et, I. Rakitine, Docteur ès Sciences Biologiques, annonce 3 récoltes par an à partir du siècle prochain.

Les centrales électriques géantes de la Volga fourniront en abondance l'énergie électrique. Celles-ci répandront des torrents d’électricité sur le sol des serres et des orangeries.

Par une soirée d'hiver, sous la neige, aux portes de Moscou, on apercevra des trouées de lumière, ce seront les serres dans lesquelles on multipliera les récoltes par l'usage scientifique de la lumière.

Des substances stimulantes se répandront sous forme de gaz et des préparations chimiques permettront d’intervenir dans la vie des plantes, de les diriger, d’intensifier leur croissance.

A l'aide du microscope électronique et  de substances radioactives, les savants auront démontés tous les mécanismes de l'activité vitale des végétaux. En utilisant la méthode des atomes marqués de Timiriazev, la science aura découvert la substance élémentaire qui se forme dans les feuilles de la plante sous l'action du rayon solaire.

L’homme sera maître du plus précieux secret de la nature : la photosynthèse.

Devant ce ‘meilleur des mondes anglo-soviétique, on peut parler d'utopie et arguer que le progrès scientifique n’est pas nécessairement soumis à une progression constante.

Il reste comme un fait significatif qu’à une époque où deux mondes s'affrontent et se menacent réciproquement d’extermination, ni orientaux, ni occidentaux ne voient le siècle prochain comme devant marquer un progrès dans les moyens de destruction que détient l'homme. Un des candidats au concours organisé par la Royal Society of Arts va même jusqu’à prévoir qu’en l’an 2000 sera découvert un procédé capable d'empêcher à distance la fission atomique. Il est regrettable qu'ils n'en précise pas le fonctionnement… Jacques Wolf

 

Bonus : des vidéos de l'INA qui prédisent l'avenir :

 


 

(1) On a demandé en 1962 à des enfants d'imaginer l'an 2000

 


 

(2) Les prédictions les plus réalistes

 

Ces pages devraient également vous intéresser :

 

Extraits de l'ouvrage "Les couleurs du passé" Tome 2 dans Clément Keller - Récits

La Ferme de Schoeneck années 50-60

Les récits envoyés par nos ami(e)s dans Nos ami(e)s racontent...

Initiatives citoyennes

Les catastrophes minières dans le bassin houiller lorrain

Ecole primaire de Schoeneck

La Boutique en ligne Nostalgia dans Humour - TV

Expressions en Platt

Des plus récentes au plus anciennes... dans Dernières mises à jour

Bienvenue dans le livre d'or Nostalgia !

Anthologie, un voyage musical dans le temps dans Anthologie-Blues du charbon

La Lorraine et le Platt dans Menu culture régionale

Clément Keller : sous le signe du poisson

Clément Keller : Schoeneck, le beau coin (11)

Schoeneck de A à Z (Cliquez sur la rubrique choisie) dans Schoeneck de A à Z

La Halte Schoeneck et la cité du Bruch à Forbach

Blek le Roc - Miki dans Blek le roc - Miki

Em Clémau Sei Footzegge

Souvenirs du bassin houiller... dans Menu général

Schoeneck autrefois...

Que les moins de 20 ans... dans Je vous parle d'un temps...

 

Les derniers commentaires de nos visiteurs :

 



05/05/2020
87 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 189 autres membres