NOSTALGIA, le Blog qui fait oublier les tracas !

NOSTALGIA, le Blog qui fait oublier les tracas !

Jean-Claude Flauss

Quand la petite histoire rejoint la grande... 

Publié à compte d'auteur, la chronique du siège de Forbach est devenue un outil de référence incontournable pour qui veut comprendre ce qui s'est passé dans la ville de Forbach durant la période du 29 novembre 1944 au 8 mai 1945.

Le lecteur y trouvera une multitude de témoignages, d'anecdotes et de documents photographiques concernant une des pages les plus noires de notre histoire locale.

Ces témoignages bouleversants, voire pathétiques, de "simples citoyens", retranscrits par Jean-Claude Flauss, ancien archiviste à la ville de Forbach, entrouvrent au lecteur une porte sur ce que l'on peut appeler la grande histoire d'une nation.

Misère, désespoir, courage puis enfin espoir... Tel est le quotidien vécu par les habitants de cette ville qui attend avec ferveur la venue annoncée des Américains libérateurs. Un document incontournable pour qui veut en savoir un peu plus sur les pages les plus sombres de notre histoire.

 

https://static.blog4ever.com/2016/02/814449/artfichier_814449_7688941_201804295514732.jpg

 

La chronique du siège un beau livre à couverture rigide dont la couleur de fond , un ciel gris et nuageux, symbolise la tourmente. L'auteur a voulu rappeler l'attente de la libération en reprenant le fac-similé des notes griffonées par un soldat Allemand dans le clocher de l'église St Rémi :

ICH SEHE DEN AMERIKANER... DER FEIND RÜCKT NÄHER... (Je vois les Américains, l'ennemi se rapproche...).

Hommage à nos libérateurs, le panneau "Bienvenue à Forbach" peint par l'un d'entre-eux et au dos, la photo du Schlossberg prise par Louis Hoger, le secrétaire de l'association de la  70ème D.I. Américaine.

Cette chronique des 105 journées du siège de Forbach illustrées par 126  documents photos et par des témoignages tels ceux du Docteur Robein et Madame Hammann ne serait pas complète sans les témoignages poignants des soldats libérateurs qui ont écrit avec leur sang une page de l'histoire de France. Un bel hommage et un salut fraternel à tous ceux qui ont, il y a plus de 50 ans déjà, redonné à la France sa liberté et sa grandeur. 

Témoignage (RL du 9/02/2000)Il y a 60 ans, en pleine 'drôle de guerre', une mission de reconnaissance tourne mal pour les soldats français. C'est l'épisode des tués de Forbach, dont Jean-Claude Flauss nous rappelle l'histoire. En ce début de février 1940, la neige recouvre comme un linceul notre ville morte dont la population a été contrainte, dès le début de la guerre d'abandonner ses maisons et ses biens pour être évacuée en Charente et dans le Pas-de-Calais. Les troupes françaises se sont retirées de Forbach fin octobre 1939.

Elles y reviennent parfois, le temps d'une patrouille ou d'une reconnaissance.

Tout comme les Allemands d'ailleurs. On s'observe. C'est la "drôle de guerre".

Et c'est alors que survient l'épisode des "tués de Forbach". Le début de la guerre avait été marqué par l'invasion foudroyante de la Pologne, puis, sur nos frontières, par des escarmouches et des opérations limitées en direction du Warndt. Et puis, tout s'est figé. Henri Amouroux rappelle dans son Peuple du désastre un épisode peu glorieux où l'on voit le général Laure supplier ses chefs directs de l'état-major, de ne pas évacuer Forbach sans y être contraint par l'ennemi.

Il invoque la véritable révolte, l'amertume et l'effondrement de la confiance que susciterait une telle mesure chez les officiers et les soldats. Mais rien n'y a fait. "Mourir pour Helsinki et non pas pour Forbach": tel est le titre donné par Amouroux à l'un des chapitres de son ouvrage. Après l'évacuation de Forbach, le 24 octobre, le général Laure note avec regret et ironie que "l'on n'a pas voulu laisser à un commandant de corps d'armée infliger à l'ennemi une petite revanche qui s'imposait localement et qui lui aurait permis de conserver dans ses lignes une ville au nom historique, Forbach". Selon lui, cet incident est révélateur de l'état d'esprit d'un haut commandement paralysé qui, dès octobre 1939, prépara les défaites de juin 40. La reconnaissance tourne mal. Et c'est ainsi que le Corps franc de la 29e DI qui s'est installé dans les bâtiments de l'école de Morsbach (où il restera jusqu'au 30 mars 1940) effectuera un nombre important de patrouilles, d'embuscades, de coups de main et de sorties hors des lignes.

Le 8 février, le Corps franc dirigé par le lieutenant Félix Agnély et son adjoint, et ami de toujours Joseph Darnand, fort d'une vingtaine d'hommes, prend, en pleine nuit, la route de Forbach pour effectuer une mission de reconnaissance. Il s'agit d'observer les travaux de pose de mines et de pièges effectués par les Allemands au carrefour de Merlebach, appelé "la patte d'oie". Au lever du jour, les Français sont en place; tout va bien et les Allemands ne se doutent pas qu'ils sont observés.

A 11 h 30 éclate soudain une fusillade qui tourne très vite à l'avantage des Allemands en surnombre. Les rescapés du Corps franc, menacés d'encerclement, fuient par la caserne Guise. Le lieutenant Agnély est tué. Darnand revient avec trois volontaires pour récupérer le corps de son ami et le ramener à Morsbach.

Le lendemain, le futur chef de la milice est décoré de la Légion d'honneur; il est le héros de Forbach et sa photo en couverture de Match sera vue pas des millions de Français. 

© Février 2000 le Républicain Lorrain et J.C. Flauss

 

https://static.blog4ever.com/2016/02/814449/artfichier_814449_7967631_201811244441318.jpg
 

Vous pouvez commander ce superbe ouvrage grand format de 185 pages abondamment illustré directement chez l'auteur : 

J-C. Flauss, 22 rue Félix Barth  57600 Forbach

 

https://static.blog4ever.com/2016/02/814449/artfichier_814449_7967631_201811244441318.jpg

 

Ces pages devraient également vous intéresser : 

Clément Keller : récits & souvenirs 

La future place du souvenir des anciens de la Ferme 

Clément Keller : le CD Anthologie 

BD des années 50-60 

La Mine 

Nos ami(e)s racontent 

Je vous parle d’un temps 

Nos années 60 

Parlez-nous de vous 

Programme TV & Humour 

Tous les diaporamas Nostalgia 

 

Schoeneck beau coin : autres récits 

Introduction 

5 Fruits & légumes 

Alléluia ! Il marche et il parle... 

Je vais ’recevoir’ une petite sœur 

A la découverte du monde 

Opa Adolphe - Mon premier vélo 

Être ou ne pas être... 

 Premier jour de classes 

 

Autres pages locales 

Petite histoire de la Lorraine 

Expressions en Platt  

Recettes de cuisine en Platt 

Récits & ouvrages en Platt 

Proverbes, dictons & chansons en Platt

 

Votez pour le Blog Nostalgia

Merci


08/02/2020
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 161 autres membres