NOSTALGIA, le blog qui fait oublier les tracas...

NOSTALGIA, le blog qui fait oublier les tracas...

Clement Keller : Qui va à la chasse...

Le père Muller, propriétaire du bâtiment de ferme situé à la sortie de la cité de  la " Ferme de Schoeneck" avait transformé une partie de son bâtiment en tabac-épicerie-bistrot dès l'installation des premières familles dans les baraquements érigés par les houillères du bassin de Lorraine.

En dehors de son activité commerciale d'épicier-bistrotier, il exerçait également la fonction plus ou moins officielle de garde-chasse local et, c'est à ce titre, qu'il avait convoqué ses troupes ce matin là...

 

epicerie muller.jpg

 

Fritz descendit en titubant les escaliers donnant sur le jardin, contourna sa baraque et se dirigea d'un pas hésitant vers la rue principale. Il dérapa plusieurs fois sur les plaques de verglas qui recouvraient la route, poussa quelques jurons sonores, s'arrêta et s'offrit une longue rasade de Schnaps qu'il bût à même le goulot de la bouteille qu'il avait tiré de sa musette.

Lorsqu'il atteignit enfin le bâtiment de l'ancienne ferme sa démarche hésitante et son regard vitreux en disaient déjà long sur son état d'ébriété...

Dans la cour du bâtiment de ferme, toute l'équipe était déjà rassemblée sous le haut commandement du père Muller. Ce dernier avait revêtu pour la circonstance un semblant de costume de chasse verdâtre usé jusqu'à la corde et coiffé un chapeau à plumes qui avait dû faire sa fierté quelques années avant la première guerre mondiale. 

Ses compagnons, recrutés parmi la fine fleur des piliers de bistrot de la Ferme, formaient un groupe disparate qui poussa un sonore "ouf!" de soulagement au moment où le Fritz apparut dans l'entrée de la cour.

Toute la bande l'attendait depuis une vingtaine de minutes comme l'arrivée du Messie en piétinant dans le froid et en buvant forces rasades de Schnaps pour se réchauffer.

Il ne manquait que lui pour qu'ils puissent enfin partir en rangs serrés vers la lisière de la forêt de sapins située derrière les champs de la Ferme et démarrer l'opération "braconnier".

Le père Muller marchait devant en éclaireur, suivi par le groupe au grand complet qui s'enfonçait maintenant dans le sous-bois sombre et profond. Il avait demandé à ses équipiers de rester calmes et disciplinés et avait exigé de chacun qu'il s'occupe exclusivement de la tâche qui lui était impartie car, de cette organisation sans faille dépendait le succès de l'opération.

D'après les renseignements en sa possession, un individu exerçait depuis quelques semaines une coupable activité de braconnier à quelques kilomètres de la ferme dans une portion de forêt située entre Schoeneck et Petite-Rosselle.

Des témoins oculaires dignes de foi avaient aperçu le personnage au petit matin à l'orée du bois, et avaient par ailleurs trouvé dans la forêt des restes de pièges qui confirmaient sans équivoque ses actes condamnables.

La progression devenait de plus en plus difficile dans ce sous-bois recouvert d'un épais tapis de neige et dans lequel les participants à l'opération s'enfonçaient par endroit jusqu'aux chevilles.

Après une vingtaine de minutes de marche, le groupe s'arrêta pour faire une courte pause et Fritz profita bien entendu de l'occasion pour tirer une bouteille de sa musette et proposer une tournée générale. Il fit passer le litre à la ronde, se servit également une copieuse rasade afin de vider la bouteille de gnôle puis jeta cette dernière avec un geste élégant au loin dans la neige...

 

https://static.blog4ever.com/2016/02/814449/artfichier_814449_8496020_20200207491338.jpg

 

Le cortège, devenu entre-temps légèrement indiscipliné et bruyant suite à cette pause copieusement "arrosée", reprit finalement le chemin derrière son meneur et s'enfonça un peu plus au cœur de la forêt en direction de Petite-Rosselle.

Après une dizaine de minutes de marche, à environ une cinquantaine de mètres devant eux, ils virent soudain une tâche lumineuse qui semblait se déplacer dans leur direction.

D'un brusque mouvement de la main, le père Muller fit signe à ses acolytes de s'arrêter et chuchota à voix basse en pointant son doigt dans la direction du point lumineux :

- Le voilà, il est là-bas !

Ils tournèrent tous le regard dans la direction indiquée et approuvèrent d'un mouvement de la tête.

- Fritz, Robert, Kurt, vous tournez à gauche et vous le prenez à revers pendant que Charles, Gilbert et moi on le contourne par la droite.

Le groupe se sépara et les deux équipes se mirent silencieusement en mouvement en prenant des directions opposées. 

- Et surtout pas de bruit, cette fois il ne nous échappera pas !      

Le braconnier, précédé de son chien qui furetait, le museau enfoui dans la neige, n'avait rien remarqué et continuait son chemin sans se douter le moins du monde de ce qui se tramait autour de lui. 

Cela faisait quelques mois qu'il posait des pièges dans le coin, et jusqu'à présent, il n'avait jamais été inquiété. Il était conscient des risques qu'il encourait, mais il connaissait parfaitement cette forêt et savait qu'à la moindre alerte, son chien ne manquerai pas de le prévenir du danger.

Par contre, ce que personne dans la bande à Muller ne savait, c'est que le chien du braconnier s'appelait Fritz...

Les deux groupes s'étaient maintenant rapprochés du coupable et la manœuvre en tenaille mise au point par le stratège Muller semblait porter ses fruits.

Leur cible n'était plus qu'à quelques mètres, lorsque le "piégeur" vit son clébard s'arrêter brusquement et dresser les oreilles en gromellant. Conscient que l'animal venait de flairer un danger, il le rappela à lui en criant d'une voix de Stentor :

- Fritz, ici tout de suite !

Lorsque le Fritz de l'équipe des bras cassé entendit prononcer son nom il bondit sans hésiter dans la direction d'où venait l'appel et répondit d'une voix tonitruante quoique légèrement pâteuse :

- Gu'est ze gue z'é ?, voilà, che zui là !

Le braconnier, comprenant immédiatement ce qui se passait, ne demanda pas son reste et s'enfuit dans la direction opposée en courant. Il zigzagua à travers les bois, et disparût en quelques secondes hors de la vue de la bande de branquignols qui s'avançait maintenant d'un air menaçant vers Fritz...

- T'es vraiment le roi des cons, qu'est ce qui t'as pris de hurler de cette façon au moment où on allait lui mettre la main dessus ? Tu le fais exprès ou quoi ?

- Che groyai gue du m'afai abellé... bégaya-t-il en transpirant, Che ne bouvait bas zafoir gu'il affait un gien qui z'abbelai auzi Vritz !

- Si t'avais picolé un peu moins, t'aurais surement remarqué que ce n'était pas quelqu'un de notre groupe qui criait, mais t'es tellement imbibé que tu ne reconnais même plus ta propre voix !

Ils s'engueulèrent encore sur le chemin du retour et se moquèrent à tour de rôle du Fritz en s'approchant de lui pour lui aboyer dans les oreilles et lui crier :

- Fritz, ici, couché... Va chercher... il est où le bon Schnaschnaps ? et d'autres joyeusetés du même style jusqu'à ce que le père Muller, en bon commerçant, conscient qu'il risquait de perdre son meilleur client si ses acolytes continuaient à se foutre de lui, calma les esprits et proposa généreusement une tournée générale cet après-midi dans son bistrot en leur promettant que la prochaine fois, ils réussiraient là où ils avaient échoué de si peu aujourd'hui...

- Et quelle idée stupide aussi d'appeler son chien Fritz, personne n'a jamais appelé un de ses enfants Médor, Lassie ou Rin-tin-tin non ? Croyez-moi, celui-là, si je l'attrape, je vous garantis que ça va être sa fête, sinon je ne m'appelle plus Muller !

 

https://static.blog4ever.com/2016/02/814449/artfichier_814449_7967631_201811244441318.jpg

 

 

→ Cliquez ici pour télécharger GRATUITEMENT l'ouvrage 'Les couleurs du passé'.

 

https://static.blog4ever.com/2016/02/814449/artfichier_814449_8769488_202010011320432.jpg

 

Ces pages devraient également vous intéresser :

 

Extraits de l'ouvrage "Les couleurs du passé" Tome 2 dans Clément Keller - Récits

La Ferme de Schoeneck années 50-60

Les récits envoyés par nos ami(e)s dans Nos ami(e)s racontent...

Initiatives citoyennes

Les catastrophes minières dans le bassin houiller lorrain

Ecole primaire de Schoeneck

La Boutique en ligne Nostalgia dans Humour - TV

Expressions en Platt

Des plus récentes au plus anciennes... dans Dernières mises à jour

Bienvenue dans le livre d'or Nostalgia !

Anthologie, un voyage musical dans le temps dans Anthologie-Blues du charbon

La Lorraine et le Platt dans Menu culture régionale

Clément Keller : sous le signe du poisson

Clément Keller : Schoeneck, le beau coin (11)

Schoeneck de A à Z (Cliquez sur la rubrique choisie) dans Schoeneck de A à Z

La Halte Schoeneck et la cité du Bruch à Forbach

Blek le Roc - Miki dans Blek le roc - Miki

Em Clémau Sei Footzegge

Souvenirs du bassin houiller... dans Menu général

Schoeneck autrefois...

Que les moins de 20 ans... dans Je vous parle d'un temps...

 

Les derniers commentaires de nos visiteurs :

 



14/03/2020
71 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 187 autres membres