NOSTALGIA, le blog qui fait oublier les tracas...

NOSTALGIA, le blog qui fait oublier les tracas...

Clément Keller : Le tourne-disque de Richard

Comme la plupart des adolescents des années 60, Richard était également un fan des chanteurs et chanteuses à la mode et les murs de sa petite chambre étaient entièrement recouverts de photos, pour la plupart extraites du magazine Salut les copains.

Entre les posters en quadrichromie de Johnny, Claude François, Richard Anthony, Elvis, Frank Alamo, Françoise Hardy, les Surfs, Eddie Cochran, Dick Rivers, les Stones et les Beatles, Richard avait épinglé une photo le représentant dans une pose Twist, avec, en bandoulière, une guitare qu’un de ses copains lui avait prêtée pour l’occasion. C’était sa façon à lui de faire partie du monde du spectacle…  

Parallèlement au magazine papier, Salut les copains était devenu une émission radiophonique que les géniaux Frank Ténot et Daniel Fillipachi avaient produits et mis en ondes sur Europe N°1, le ‘poste’ périphérique le plus écouté par les teenagers de l’époque. Richard, hélas, ne possédait pas de ‘transistor’ et, nécessité faisant loi, avait monté son propre poste de radio à l’aide d’une diode de détection type OA 70 et d’un écouteur ‘Généphone’ récupéré dans un des combinés téléphoniques utilisés pour communiquer avec le ‘jour’ depuis le fond de la mine.

C’était grâce à ses copains Clément et Sigi, tous deux passionnés d’électronique et inventeurs occasionnels qu’il avait appris les rudiments de la détection d’ondes radiophoniques…

Seuls inconvénients du système, il nécessitait une antenne et une prise de terre pour fonctionner et son manque de sélectivité ne permettait de capter qu’un seul émetteur, par chance, Europe N°1 !  

La ‘prise de terre’, n’était pas un problème, un simple piquet métallique enfiché dans la terre et relié à une des bornes du détecteur était suffisant. Pour l’antenne, c’était un peu plus compliqué, mais, une fois de plus, ses potes bidouilleurs avaient conjugué leurs effort et trouvé une solution au problème. 

Un long fil de cuivre, déroulé d’un vieux transfo, était lesté à une des extrémités d’une pierre assez lourde puis projeté, à la manière d’une fronde, vers une des branches les plus hautes d’un arbre proche de la maison.

Une fois prisonnier des branches, l’extrémité libre de ‘l’antenne’ rudimentaire ainsi réalisée était branchée à l’autre borne du détecteur, et, comme par miracle, dans l’écouteur résonnaient aussitôt la musique ou les programmes diffusés par la station radio.

Le système ne consommait aucune énergie et restait de ce fait branché en permanence. La puissance du signal capté et la qualité des écouteurs HBL, permettait même d’entendre la musique, sans être obligé de coller l’écouteur à l’oreille. Décidément, rien n’arrêtait le progrès !         

Richard s’approcha de la commode dans laquelle il rangeait ses rares habits. Sur la tablette du meuble était posé, bien en évidence, le seul bien matériel qui lui appartenait, un petit électrophone portatif de marque Philips qui fonctionnait sur piles.

Acheté à Forbach et payé avec l’argent de poche économisé pendant près d’un an, cet appareil faisait toute sa fierté car c'était le premier truc neuf qu'il avait pu se payer avec sonargent. Dans la foulée, il avait également acheté le 45 tours de Johnny Halliday ‘Pour moi la vie va commencer’, extrait du film ‘D’où viens-tu Johnny’ qu’il était voir au cinémat UT à Stiring avec ses amis et celui de Ricky Nelson ‘Gipsy Woman’, ses ‘idoles’ du moment.

Les piles rondes qui équipaient son électrophone étaient chères et il avait élaboré un montage avec du schissdraht, ce fil électrique destiné à mettre à feu l’explosif au fond de la mine. Ce bricolage lui permettait d'utiliser deux piles plates beaucoup moins onéreuses, mais avait pour inconvénient de rendre l'électrophone beaucoup moins ‘portatif’ car il restait toujours attaché a ce cordon ombilical qui lui transmettait l'énergie à partir du couple de piles posé à coté du coffret.

Une fois de plus il y avait un choix stratégique à faire, et Richard avait choisi la solution économique au détriment de la solution pratique.

Il ouvrit le tiroir de la commode, sortit un de ses disques favoris de sa pochette, le posa sur le plateau de l'électrophone, tira le bras de lecture vers l'arrière, posa délicatement l'aiguille dans le sillon et partit s'allonger sur son lit...

 

Pour moi la vie va commencer,

En revenant dans ce pays,

Là où le soleil et le vent,

Là où mes amis, mes parents,

Avaient gardé mon cœur d'enfant...

 

La voix mélodieuse de Johnny sortant du haut-parleur avait quelque chose de réconfortant et de magique et Richard avait fermé les yeux en s'imaginant que c'était lui qui chantait et que c'était sa vie qui commençait.

Il se sentait merveilleusement bien dans ces moments là, oubliait tout ses soucis et se sentait  flotter, la tête vide, dans une espèce de léthargie bienfaisante. Quelques minutes plus tard, il sombrait doucement dans un lourd et profond sommeil bercé par la voix de Johnny et par le rythme endiablée des guitares électriques de l’orchestre des ‘Show-Men’...

Dans ces moments là, les baraques de la Ferme de Schoeneck semblaient si loin…

 

guitare.gif

 → Cliquez ici pour télécharger GRATUITEMENT l'ouvrage 'Les couleurs du passé'.

 

https://static.blog4ever.com/2016/02/814449/artfichier_814449_8769488_202010011320432.jpg

 

 

Ces pages devraient également vous intéresser :

 

Extraits de l'ouvrage "Les couleurs du passé" Tome 2 dans Clément Keller - Récits

La Ferme de Schoeneck années 50-60

Les récits envoyés par nos ami(e)s dans Nos ami(e)s racontent...

Initiatives citoyennes

Les catastrophes minières dans le bassin houiller lorrain

Ecole primaire de Schoeneck

La Boutique en ligne Nostalgia dans Humour - TV

Expressions en Platt

Des plus récentes au plus anciennes... dans Dernières mises à jour

Bienvenue dans le livre d'or Nostalgia !

Anthologie, un voyage musical dans le temps dans Anthologie-Blues du charbon

La Lorraine et le Platt dans Menu culture régionale

Clément Keller : sous le signe du poisson

Clément Keller : Schoeneck, le beau coin (11)

Schoeneck de A à Z (Cliquez sur la rubrique choisie) dans Schoeneck de A à Z

La Halte Schoeneck et la cité du Bruch à Forbach

Blek le Roc - Miki dans Blek le roc - Miki

Em Clémau Sei Footzegge

Souvenirs du bassin houiller... dans Menu général

Schoeneck autrefois...

Que les moins de 20 ans... dans Je vous parle d'un temps...

 

Les derniers commentaires de nos visiteurs :

 



13/11/2016
33 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 189 autres membres