NOSTALGIA, le blog qui fait oublier les tracas...

NOSTALGIA, le blog qui fait oublier les tracas...

Clément Keller : La fabrication du lance-pierre

Liste des matériaux nécessaires :
- Une belle forêt comportant quelques beaux arbres en bois équipés de grandes branches avec des fourches. Au cas ou vous habiteriez à proximité d'une forêt de sapins, envisagez un éventuel déménagement...

- Une hache bien aiguisée ou une grande scie de bûcheron, ainsi qu'un canif, un poignard et une paire de ciseaux.
- Quelques bocaux à stériliser en verre munis de leur  caoutchoucs d'étanchéité  rouge.
- Un vague parent possédant au moins une chaussure en cuir (un parent unijambiste peut parfaitement faire l'affaire ).
- Un pote qui travaille au fond de la mine ou quelqu'un connaissant une personne qui y travaille.
- Un copain qui n'a rien de spécial à faire et qui s'ennuie cet aprêm'.
- Un chantier sur lequel on trouve de beaux cailloux bien ronds.
- Un assortiment  complet de bonnes excuses.
- Un grand rouleau de Sparadrap, un flacon d'environ un demi-litre de mercurochrome ainsi qu'une grande  bouteille d'alcool à 90° (pas pour boire, pour désinfecter !).

 

Fabrication :
Allez d'abord sur le chantier que vous avez repéré pour ramasser quelques kilos de beaux cailloux bien ronds (de préférence le soir, lorsqu'il n'y a pas d'ouvriers et surtout pas de chef de chantier sur les lieux). Parcourez ensuite lentement la forêt choisie afin de trouver un beau hêtre sur lequel vous choisirez une longue branche dont la fourche servira à fabriquer le  corps  du  lance-caille. 
Coupez maintenant à la hache ou à la scie, une robuste  branche de 2 à 3 mètres de long, sur laquelle vous prélèverez une belle petite fourche de 15 à 20 centimètres que vous débarrasserez rapidement de son écorce à l'aide du couteau avec lequel vous allez vous entailler le pouce droit.

Utilisez  une  première fois l'alcool et le sparadrap. Jetez la première fourche parce qu'elle n'est pas assez symétrique, puis coupez une deuxième branche du  même  gabarit si possible sur un autre arbre. Prélevez une fois de plus la fourche et enlevez de nouveau l'écorce.

Rentrez en courant à la maison ou à la cabane en faisant attention de ne pas être suivi par le garde-chasse. Utilisez les ciseaux pour prélever la languette en cuir de la chaussure que vous aurez subtilisée à cet effet.

Désinfectez la deuxième plaie causée cette fois à votre main gauche à l'aide de mercurochrome. (Si les extrémités des ciseaux sont arrondis, vous pouvez sauter cette étape).
Profitez de l'occasion et de l'absence éventuelle de vos parents pour subtiliser les caoutchoucs d'étanchéité de deux bocaux à stériliser rendus totalement inutilisables par cette opération.

Si vous ne trouvez pas de bocaux vides, deux bocaux plein (par exemple ceux contenant les quetsches au sirop) feront également l'affaire.

N'oubliez pas d'aller aux cabinets après avoir bouffé le kilo de quetsches contenues dans les deux bocaux maintenant vides.

Demandez à votre copain qui travaille à la mine de vous ramener quelques centaines de mètres de Schissdraht, (la couleur n'a qu'une importance relative, mais le vert, couleur écologique, est assez joli).

S'il peut vous ramener du fil de fer de la mine, il peut également vous procurer dans la foulée une pelle, une pince multiprise et éventuellement quelques outils style clés à molette, pince coupante, marteau, toujours utiles si vous êtes bricoleur. 
Coupez les caoutchoucs des bocaux et fixez les fermement à l'aide du Schissdraht sur les deux extrémités de la fourche en demandant à votre  copain de vous aider à bien étirer ces saloperies qui vont vous claquer plusieurs fois sur les doigts. Utilisez une fois de plus le flacon d'alcool pour soigner les meurtrissures du pouce et de l'index. 
Percez un trou à chaque extrémité de la languette en cuir à l'aide de la pointe des ciseaux qui seront de toute façon rendus inutilisables quand vous aurez coupé les morceaux de Schissdraht, puis engagez les extrémités de ces saloperies de caoutchouc que le copain va de nouveau étirer fermement en les repliant pour que vous puissiez les bloquer comme vous l'avez fait sur la fourche.
Passez de l'alcool à 90 ° sur vos doigts tuméfiés puis allez dégueuler le reste du kilo de quetsches ingurgité tout à l'heure

 

Essais :
Testez la bonne tenue de l'ensemble en étirant le caoutchouc sur environ 45 centimètres. Si cette saloperie de caoutchouc casse et vous claque sur les doigts ou sur le bras, utilisez une dernière fois le flacon d'alcool  à 90 ° pour soulager la douleur.
Si, en faisant des essais avec le lance-caille chargé, le coup part tout seul et touche votre copain au visage, n'hésitez pas à  utiliser les restes de  mercurochrome et de sparadrap.

Dans les cas extrêmes, une petite visite à l'hôpital le plus proche est parfois nécessaire. (En général trois à quatre points de suture  suffiront ).
En rentrant chez vous, servez-vous largement de toutes les bonnes excuses que vous aurez eu soin de préparer au cours de l'après-midi. Utilisez vos violents maux d'estomac comme argument anti-raclée lorsque vos parents trouveront la chaussure mutilée, puis prétextez une diarrhée incontrôlable pour échapper momentanément à des représailles que vous considérerez comme totalement injustifiées. Enfin, essayez de repérer l'endroit où vos parents ont caché le lance-caille qu'ils auront bien entendu confisqué, et tentez de le récupérer le plus vite possible. 

 

 

Mise en garde :
Si l'envie vous prenait de vouloir déquiller les petits oiseaux avec votre nouveau lance-caille, la quasi-totalité de ces remuants volatiles ne respectera absolument pas les règles élémentaires du jeu et prendra un malin plaisir à esquiver vos projectiles et à vous ridiculiser devant vos copains. C'est stupide un moineau, non ?

 

lance pierre.jpg

 

 

* * * * * * * * * *  

Lire les autres récits de Clément Keller :

 L’arrivée dans la cité

 Balade dans la cité

 Le petit carnet

Wladimir

 Uta

Guiseppe

 Mohamed

Maurice

 La mine

Retour de la mine

 Les autobus Federspiel

Le tourne-disque de Richard

 Quand votre coeur fait Boum !

Et (presque !) Boum !

 Il était une fois Schoeneck

Spoutnik Pajalousta !

 De la Ferme à la mine

L’élastique - (S’Douaychtsigoumi)

 L’église orthodoxe de la Ferme 

Les rois de la mécanique

 Le voleur de charbon

L’apprenti sorcier

Bière qui coule n’amasse pas mousse

Schoeneck, le beau coin (1) - (2) - (3) - (4) Nouveau !

https://static.blog4ever.com/2016/02/814449/artfichier_814449_6144227_201609122020507.gif 

Ces pages devraient également vous intéresser :

Clément Keller : récits & souvenirs

Clément Keller : le CD Anthologie

Schoeneck de A à Z

BD des années 50-60

La Mine

Nos ami(e)s racontent

Je vous parle d’un temps

Nos années 60

Parlez-nous de vous

Programme TV & Humour

Tous les diaporamas Nostalgia



18/11/2016
11 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 80 autres membres